21 octobre 2015
Une PME de Belœil à la conquête de l’Amérique du Sud
Par: L'Oeil Régional
Le président d'Aquartis Jean-François Lamy et le président de la division Aquartis Caraibes SAS, Eddy Dureuil

Le président d'Aquartis Jean-François Lamy et le président de la division Aquartis Caraibes SAS, Eddy Dureuil

AFFAIRES. Une jeune PME de Beloeil a le vent dans les voiles. Aquartis a ouvert, la semaine dernière, une division dans les Caraïbes pour développer ce marché et celui de l’Amérique du Sud.

L’entreprise spécialisée dans le secteur du recyclage de l’eau compte maintenant  un bureau en Martinique composé d’une équipe de cinq personnes.

L’eau devenant plus rare ou étant plus dispendieuse, les Caraïbes et l’Amérique latine représentent un grand marché pour les produits d’Aquartis, indique son président Jean-François Lamy.

«On voulait un pied à terre là-bas pour bien desservir ce marché.»

La PME fondée en 2010 a conçu des systèmes permettant le recyclage de l’eau grise. Elle a développé une première gamme d’appareils nommée Ecovision pour les bâtiments résidentiels. Depuis le début de 2015, l’entreprise a lancé la technologie Intello pour les salles de bain commerciales. La Ville de Beloeil a adopté ce système au Centre culturel.

Nouveaux emplois  

La nouvelle division Aquartis Caraibes SAS a déjà à son actif une entente de distribution exclusive au Porto Rico et des discussions sont en cours avec un important joueur au Mexique. D’autres ententes préliminaires ont aussi été signées.

En partant à la conquête de nouveaux marchés, l’entreprise souhaite augmenter son volume de ventes, ce qui pourrait se traduire par de nouveaux emplois à son siège social de Beloeil.

«C’est sûr qu’on va embaucher des gens au niveau de la production et de la gestion de la vente», annonce M. Lamy.

Le nombre d’employés pourrait passer de quatre à huit d’ici la fin de l’année. «Si ça fonctionne bien avec notre opportunité au Mexique, ça pourrait être plus que ça», affirme le président.

C’est quoi l’eau grise?

L’eau grise est de l’eau usée provenant des bains, des douches et des lavabos. Les appareils d’Aquartis traitent cette eau pour des utilisations qui ne nécessitent pas d’eau potable comme la chasse d’eau des toilettes.

«Cette année, il y a eu des sécheresses assez épouvantables un peu partout. Le fait de gaspiller de l’eau potable dans les toilettes, c’est un non-sens. Notre mission est de trouver des innovations pour faire changer ces choses-là et faire en sorte qu’on ne gaspille plus l’eau potable dans les toilettes», explique le président de l’entreprise, Jean-François Lamy.  

 

image