22 juillet 2017
Une place en mémoire du cinéaste Michel Brault
Par: Karine Guillet
La famille de Michel Brault et les élus de la municipalité. Photo: Karine Guillet

La famille de Michel Brault et les élus de la municipalité. Photo: Karine Guillet

Belœil a inauguré la semaine derrière la place publique créé en l’honneur du cinéaste Michel Brault. Un espace axé selon la ville sur le développement durable qui aurait plu à l’artiste, croit sa fille.

«Juste le fait d’arriver sur la rue Saint-Jean-Baptiste et d’avoir cette ouverture-là, de ne plus avoir la maison qui bloquait la vue, qui n’était pas très jolie, il serait tellement content et il ferait  »wow »», explique Anouk Brault, fille de l’homme de cinéma.

La mairesse de Belœil, Diane Lavoie, décrit Michel Brault comme un homme qui aimait sincèrement sa ville et un passionné de cinéma qui «vivait en osmose avec le Richelieu». L’idée de créer un espace à la mémoire de Michel Brault a d’ailleurs été soumise à la Ville par l’ancien député Pierre Duchesne, lors de l’inauguration de l’esplanade de l’église, à quelques pas du Plateau Michel-Brault.

«Il y a bien un pont Jordi-Bonnet, un espagnol, et Michel Brault c’est un québécois qui a passé son enfance ici; pourquoi n’y a-t-il pas quelque chose? C’était tout naturel», soutient sa fille, rappelant que son père a grandi à Belœil.

Son frère Sylvain et elle ont d’ailleurs activement participé à la création de la place publique à la mémoire de l’artiste. Afin que le lieu représente le plus possible leur père, ils avaient d’ailleurs tous deux participé à la réalisation d’une vidéo présentant leur père. Le résultat s’est finalement avéré un beau témoignage, toujours disponible sur le site Web de la municipalité. «La vidéo a été faite pour l’appel d’offres et c’est devenu finalement un beau document que je montre à des gens, qu’ils soient dans le milieu ou pas, explique Sylvain Brault. Ça touche tout le monde, je suis moi-même surpris de voir l’impact que la vidéo a sur les gens.»

La nouvelle place publique comprend aussi trois cadres, représentant les trois formats utilisés dans le cinéma. L’idée d’ajuster ces cadres aux formats académiques est d’ailleurs venue du fils de l’artiste, alors que l’entrepreneur n’avait au départ intégré que trois cadres d’une grandeur variable afin de «cadrer» le paysage.

Les deux enfants se disent d’ailleurs heureux de l’emplacement choisi qui offre une vue sur la montagne, la rivière et même les églises.

«Mon père a planté 140 arbres chez lui, c’est sûr que ça ne ressemble pas à ça au niveau de la végétation, mais on va leur laisser le temps de pousser un peu», blague Anouk.

Une attention particulière a été portée à la lumière. «Michel n’aimait pas les gros éclairages. Il aimait la lumière la plus naturelle possible un peu tamisée», explique Mme Brault.

La Ville dit également avoir porté une attention particulière au développement durable. Elle a choisi des matériaux clairs et choisi de recouvrir 50 % du site d’une végétation indigène afin de réduire l’impact des ilots de chaleur. Les eaux de ruissellement seront aussi récupérées pour assurer l’apport hydrique nécessaire aux plantes sur le site. L’éclairage sera assuré par des lampes DEL, dès qu’Hydro-Québec aura effectué le branchement du site.

image