2 juillet 2021
Maison amérindienne
Une œuvre collective pour honorer la mémoire des enfants autochtones
Par: Denis Bélanger

Les souliers représentent les sépultures autochtones qui ont récemment été trouvées au Canada. Photos gracieuseté

La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire planche sur la création d’une œuvre collective sur son site afin de commémorer, entre autres, la mort des 215 enfants dont les dépouilles ont été retrouvées au début juin sur le terrain d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops.

Publicité
Activer le son

À la suite de la macabre découverte, les responsables de la Maison avaient lancé un appel à tous pour recueillir 215 paires de souliers afin de créer l’œuvre. « Nous avons contacté des friperies et des écoles entre autres. Nous avons reçu beaucoup plus que 215 paires de souliers. Nous sommes contents, car la population s’est mobilisée pour les autochtones », commente la directrice de l’organisme, Chantal Millette.

L’œuvre en question prend la forme d’un cœur formée par 215 paires de chaussures. L’excédent sera accroché sur les clôtures de la Maison en mémoire aux autres sépultures découvertes par la suite. Plusieurs visiteurs ont pu apercevoir des chaussures suspendues lors des festivités entourant la Journée nationale des peuples autochtones soulignée le 21 juin dernier. L’œuvre collective n’était pas complétée au moment de mettre sous presse, mais doit l’être très bientôt.

Programmation chargée

Il y avait beaucoup de mouvement à la Maison amérindienne du 19 au 21 juin. Le clou aura été l’événement Solstice d’été le 21 juin où plusieurs invités de marque étaient sur place.

En direct de La Maison amérindienne, le député de Beloeil-Chambly, Yves-François Blanchet, a fait la demande à la Chambre des communes d’une motion (adoptée à l’unanimité) exigeant du gouvernement fédéral de notamment financer l’identification des sites des pensionnats autochtones ou pourraient se trouver d’autres sépultures anonymes. Du côté du gouvernement du Québec, on retrouvait le ministre responsable des affaires autochtones, Ian Lafrenière. Le premier ministre François Legault a aussi partagé un message vidéo soulignant l’importance et le travail de l’institution muséale depuis 20 ans.

Le président du conseil d’administration, Richard Ruest, a tenu à souligner l’entente de partenariat entre la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki qui reconnaît le mont Saint-Hilaire en tant que territoire Abénakis. En vertu de cette entente, les membres de cette nation ont accès gratuitement à la Réserve naturelle Gault pour y pratiquer leurs activités régulières autochtones.

Outre les discours, les gens ont pu apprécier les talents de Nicole O’Bomsawin, Élise Boucher-DeGonzague et Buffalo Hat Singers, accompagnés des danseurs de Pow Wow ainsi que de Shauit.

Dans les deux jours qui ont précédé le solstice d’été, la Maison a présenté le Grand rassemblement des coureurs des bois. Ce dernier offrait aux visiteurs la possibilité de se replonger au temps de la Nouvelle-France et de revivre la naissance du Québec riche et métissé d’aujourd’hui. Cette 9e édition de reconstitution du site historique favorisait la promotion d’une meilleure connaissance de l’histoire ainsi que d’une identité culturelle basée sur la richesse du partage. Environ 500 personnes ont participé à cette activité qui s’est adaptée aux mesures sanitaires liées à la COVID-19.

image