21 décembre 2015
Une nouvelle convention collective pour les chauffeurs d’autobus
Par: L'Oeil Régional
Les chauffeurs d'autobus du CITVR ont entériné dans une proportion de près de 70% leur nouvelle convention collective.

Les chauffeurs d'autobus du CITVR ont entériné dans une proportion de près de 70% leur nouvelle convention collective.

TRAVAIL. La grande majorité des 77 chauffeurs d’autobus du Conseil intermunicipal de transport de la Vallée-du-Richelieu (CITVR) ont accepté, le 15 novembre, une nouvelle convention collective négociée avec l’aide d’un conciliateur.

Près de 70% des chauffeurs ont voté en faveur de la nouvelle offre qui se terminera en 2022. Ces employés de Transdev Québec étaient sans convention depuis le 31 décembre 2014.

En octobre, environ 80% des chauffeurs syndiqués avaient rejeté la dernière entente de principe, ce qui avait mené le syndicat et l’employeur à faire appel à la médiation.

Après 19 heures de négociations, une entente de principe s’est conclue autour de la table. «Les principaux gains ont été monétaires», indique le président du syndicat SCFP local 5232, Claude Gratton.

Les chauffeurs ont obtenu des augmentations de salaire. Pour la première année, ils recevront une hausse de 3,3% qui est rétroactive au janvier 2015. La deuxième et la troisième année, les hausses seront de 2,9% et 3%, respectivement.

Pour les quatre dernières années, les augmentations se chiffreront autour de 2%.

La demande du syndicat pour les primes de soir et de fin de semaine a toutefois été rejetée.

«Une meilleure approche»

La nouvelle convention collective permet aussi «une meilleure approche avec l’employeur pour monter les routes», mentionne M. Gratton.

Une entente de partenariat a été signée entre le syndicat et Transdev afin d’améliorer le service à la clientèle tout en consultant les chauffeurs.

«Ça consacre un peu la façon dont on veut travailler avec nos employés et le syndicat, c’est-à-dire qu’on veut donner un excellent service à la clientèle. Puis, on accepte et on continue de collaborer pour l’améliorer», explique le directeur des ressources humaines chez Transdev Québec, Guy Malboeuf, qui parle d’une convention collective qui est satisfaisante pour les deux parties.

image