20 février 2017
Une mère court pour son fils
Par: Denis Bélanger
Annie Berlinguette courra le 5 km le 22 avril en compagnie de sa mère et de sa sœur, qui sont aussi très proches du petit Thomas Rivest.

Annie Berlinguette courra le 5 km le 22 avril en compagnie de sa mère et de sa sœur, qui sont aussi très proches du petit Thomas Rivest.

TÉMOIGNAGE. Adepte de la course à pied depuis moins d’un an, la mère de famille de Belœil, Annie Berlinguette, courra 5 km le 22 avril prochain à Montréal au profit de l’Hôpital-Sainte-Justine. C’est sa façon de témoigner sa gratitude envers le personnel hospitalier qui a opéré son fils quelques jours après sa naissance.

Annie Berlinguette a donné naissance le 17 juin à son troisième enfant, Thomas Rivest. Toutefois, elle a vite été séparée de son bébé, né avec unemalformation de l’anus (sténose anale). Le poupon a été conduit au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine et la mère a obtenu rapidement son congé de l’hôpital Pierre-Boucher pour aller le rejoindre. Thomas a finalement été opéré à six jours de vie, le 23 juin. Mme Berlinguette a passé au travers de cette épreuve notamment grâce au personnel hospitalier.

«Quand on m’avait appris notamment que l’opération de mon fils avait été repoussée d’une journée, j’ai fondu en larmes. Le Dr Nelson Piché est venu me voir pour me rassurer. Il a pris le temps lui-même de le faire au lieu de passer par une autre personne, se rappelle-t-elle. Les infirmières aussi ont été superbes. Elles s’occupent des enfants comme s’ils étaient les leurs. Après l’opération de Thomas, je ne voulais plus changer de couches, car j’avais peur de lui faire mal. Les infirmières l’ont fait à ma place sans aucun problème.»

Les médecins ont aussi découvert chez l’enfant une laryngomalacie, une malformation du larynx. En huit mois, il n’y a eu aucune amélioration. Son larynx reste très fermé, ce qui complique la respiration (ou ce qui essouffle l’enfant). Une opération majeure aura lieu à 18 mois de vie et nécessitera deux jours d’hospitalisation. «Sainte-Justine sera encore omniprésent dans nos vies», ajoute celle qui travaille au département des ventes du journal Le Courrier du Sud de Longueuil. 

Un défi rassembleur 

Mme Berlinguette a peu hésité avant de s’inscrire au Défi caritatif Banque Scotia de Montréal. Elle ramasse des dons pour la clinique MAREC, créée pour répondre aux besoins particuliers des patients atteints de malformations ano-rectales complexes et leurs familles.

Au départ, l’objectif était d’amasser 350$. La petite histoire de la famille Berlinguette-Rivest a vite retenu l’attention sur les médias sociaux, notamment sur la page de la Fondation Sainte-Justine. Annie Berlinguette a maintenant récolté 1538$. Son nouvel objectif est de 2000$. Pour plus d’info: http://fchusj.org/annieberlinguette.

Une nouvelle passion 

Annie Berlinguette admet qu’elle n’était pas une grande sportive. Il y a deux ans, elle avait essayé de se mettre à la course, mais elle a abandonné avant même d’user ses souliers neufs. Après avoir accouché de Thomas, elle a décidé de s’inscrire à des séances de cardio-poussette. «Après le premier cours, qui a duré 1h15, j’avais la face mauve et je ne me sentais pas bien.»

La mère de famille a toutefois persévéré et fait maintenant de l’activité physique plusieurs fois par semaine. En octobre, elle a couru son premier 5 km. Ajoutons qu’en mai, elle relèvera un autre défi: courir un demi-marathon à Ottawa.

image