25 août 2021
Une médecin sur plusieurs fronts
Par: Denis Bélanger
Maguy Deslauriers entourée de ses deux entraîneurs, Anthony Seyer et Yohan Lainesse. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©�

Maguy Deslauriers entourée de ses deux entraîneurs, Anthony Seyer et Yohan Lainesse. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Maguy Deslauriers. 
 Photo François Larivière | L’Œil Régional ©��

Maguy Deslauriers. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©��

Maguy Deslauriers s’entraîne au Club de boxe de Saint-Hyacinthe.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©��

Maguy Deslauriers s’entraîne au Club de boxe de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La docteure de Mont-Saint-Hilaire Maguy Deslauriers est habitée notamment par un désir d’aider les autres ainsi que celui de vouloir relever des défis en raison de sa nature compétitive. Des traits de caractère qui font en sorte qu’elle soigne des patients sur ses quarts de travail et, dans ses temps libres, elle s’exerce à donner des coups à son adversaire dans un ring de boxe.

Publicité
Activer le son

La jeune femme de 30 ans a toujours aimé l’entraînement et la compétition sportive. Elle s’est initiée aux différents sports de combat il y a plusieurs années déjà, mais dans un but purement récréatif. « À ce moment-là, je ne pensais pas me battre dans un combat officiel. Je faisais du hockey compétitif », raconte la Dre Deslauriers, qui travaille à l’urgence de Saint-Hyacinthe.

L’idée de mettre les gants dans un vrai duel a finalement fait son chemin. Elle devait livrer un combat de kickboxing en avril 2020, mais le projet a été mis K.-O. par la pandémie de COVID-19. Elle n’a jamais cessé l’entraînement depuis, elle a d’ailleurs un gym maison chez elle. Les efforts soutenus lui permettront d’atteindre son objectif le 18 septembre où elle disputera son premier combat de boxe amateur contre Geneviève Pelletier. « Je m’enligne pour en faire d’autres par la suite, à moins que ça ne se déroule pas comme prévu. J’aimerais bien aller aux gants dorés ou d’argent ».

Maguy Deslauriers reconnaît que le fait qu’une médecin pratique la boxe puisseétonner quelques personnes. Mais sa nature aidante demeure présente, même si elle a enfilé ses gants. Elle s’excuse d’ailleurs souvent auprès de ses partenaires d’entraînement. « Mes entraîneurs me disent d’arrêter de faire ça. L’autre jour, mon adversaire est tombée à terre sur les deux genoux à la suite d’un coup au foie. Je lui ai immédiatement demandé si elle était correcte », confie-t-elle. Ce souci de l’autre ne gênera pas sa stratégie pour remporter son combat, assure-t-elle. « Quand je vais me battre, je vais y aller all-in. »

Une autre bataille chaque jour
Maguy Deslauriers a su évidemment bien concilier le travail et ses autres activités, malgré un horaire chargé. Elle a commencé à travailler à l’urgence de Saint-Hyacinthe, son premier poste permanent, en janvier 2020, soit quelques mois avant que la COVID-19 ne vienne perturber profondément le quotidien de chacun. Elle a été en mesure de s’adapter rapidement aux différents changements imposés par la crise sanitaire.

« L’urgence s’est séparée en deux, mais le nombre de médecins restait le même. C’était lourd, le processus pour se déplacer d’une unité à l’autre. Nous ne pouvions même pas amener nos notes avec nous. Mais je suis quelqu’un qui s’habitue vite aux changements. En médecine, tu n’auras jamais tout vu, tu en apprends tous les jours. […] J’étais occupée quand nous avions l’unité COVID, mais là, je le suis autant. Les urgences débordent. On dirait que les gens ont attendu que ça se calme avant d’aller consulter à nouveau. »

Elle ne regrette aucunement son choix de carrière en dépit de la donne du coronavirus. Elle aurait poursuivi une carrière en médecine même si une boule de cristal l’avait prévenue de la pandémie. « C’était ma destinée. Ça fait longtemps que je sais que je veux ça. Mon père était aussi là-dedans. […] L’équipe à l’urgence est d’ailleurs fantastique, la plus belle même. »

Une expérience hors de l’ordinaire
Les 20 derniers mois ont été hors de l’ordinaire pour Maguy Deslauriers. Avant de commencer à travailler à Saint-Hyacinthe, elle a vécu une aide humanitaire de six semaines dans un hôpital public d’une banlieue d’Afrique du Sud. « C’était du bénévolat. Je voulais qu’on m’affecte dans la brousse. […] Ç’a été une expérience en traumatologie enrichissante que je conseille aux gens de vivre. »

La violence gratuite était omniprésente à Khayelitsha. Une fois, un patient s’estprésenté à l’urgence avec un long couteau planté dans l’œil. « Ce sont des conditions qui n’ont rien à voir avec celles du Québec. Je pouvais installer 6-7 drains thoraciques par nuit, alors qu’ici, tu fais ça une fois tous les six mois. […] J’aimerais que les gens d’ici voient ce que j’ai vu de mes propres yeux. Ils seraient plus reconnaissants des soins qu’ils reçoivent. »

image