31 juillet 2019
Une manifestation sur fond de tensions ethniques
Par: Vincent Guilbault
L'invitation à la manifestation du 5 août, sur le parvis de l'hôtel de ville de Mont-Saint-Hilaire.

L'invitation à la manifestation du 5 août, sur le parvis de l'hôtel de ville de Mont-Saint-Hilaire.

Le regroupement La Voix des citoyens de Mont-Saint-Hilaire tiendra une manifestation le 5 août prochain, à 18h, devant l’hôtel de ville de Mont-Saint-Hilaire, avant la séance publique du conseil municipal. Les manifestants doivent souligner leur mécontentement sur le voyage effectué par le maire Yves Corriveau au Burundi, mais aussi sur la gestion de dossier comme la rue Saint-Georges ou la zone A-16.*

De son côté, le président de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire, Pierre Nault, a souligné qu’il ferait peut-être un tour à la manifestation. Toutefois, il invite surtout les membres de son organisation à être présents à la séance publique de 19 h 30, qui aura lieu  au pavillon Jordi-Bonet, au 99 rue du Centre-Civique. M. Nault entend intervenir sur la question du voyage lors de la période de questions.
Le journal a aussi appris que le président de l’organisme Les artistes pour la paix, André Michel, a invité l’Alliance burundaise du Canada à se joindre à la communauté culturelle de Mont-Saint-Hilaire dans la manifestation. Le porte-parole de l’organisation burundaise, Charles Makaza, a indiqué qu’une délégation de l’organisme serait présente. Rappelons que M. Makaza a fortement condamné le voyage de M. Corriveau au Burundi et sa rencontre avec le président du régime, Pierre Nkurunzima. Son association a aussi répliqué à la lettre d’excuse du maire , l’accusant d’avoir fermé les yeux sur la situation politique en s’excusant seulement auprès de ses concitoyens.
Dans sa lettre d’invitation envoyée à M. Makaza, dont L’Œil Régional a obtenu copie, André Michel souligne que « le milieu culturel est outré d’apprendre par les médias que le maire a signé une entente de jumelage culturel sans consulter son propre Comité culturel, ni le milieu artistique et les institutions muséales de sa ville. » Il insiste aussi pour dire que la Maison des cultures amérindiennes de Mont-Saint-Hilaire ne reçoit pas le même soutien financier que le Musée des Beaux-Arts.

Condamnation
Une autre association qui représente les Burundais du Canada ne voit pas la manifestation d’un bon œil. Le président de la Communauté burundaise du Canada, Léopold Hakizimana, condamne la tenue d’une manifestation à Mont-Saint-Hilaire. Il appelle les communautés hutue et tutsie à ne pas manifester à Mont-Saint-Hilaire, soulignant que « la population de Saint-Hilaire a besoin de sa tranquillité. »
Selon lui, le maire Corriveau a déjà assez payé pour son erreur et il pense que cette manifestation n’est qu’une récupération politique de la part des plus militants contre le pouvoir du Burundi.
Rappelons que le Burundi a connu une période de guerre civile de 1993 à 2005 qui opposait les deux communautés hutue et tutsie. Ici, les deux organismes de représentation des Burundais au pays, soit la Communauté burundaise du Canada et l’Association burundaise du Canada, ne perçoivent pas le conflit de la même façon, ce qui provoque parfois des tensions entre les deux groupes.
Dans une lettre envoyée au journal, M. Hakizimana s’en prend aussi férocement à André Michel et les Artistes pour la paix, les accusant de faire de la récupération politique. « N’êtes-vous pas secrètement indignés de profiter ouvertement d’un peuple déjà tant divisé? D’aucuns pourraient comprendre votre frustration de ne pas recevoir les subventions auxquelles vous croyez avoir droit, mais est-il sensé de profiter de la situation en appelant au soulèvement des Canadiens d’origine burundaise, et de les mêler à vos conflits? »
Le président s’est dit déçu de la fin du jumelage, qui aurait pu permettre selon lui d’aider certains nécessiteux de Bujumbura, particulièrement près des dépotoirs à ciel ouvert de la ville.

*Note de la rédaction : Au moment de la publication de notre article dans notre édition papier, distribuée le mercredi 31 juillet, nous n’avions pas été en mesure de confirmer que la manifestation était une initiative de la Voix des citoyens.

image