13 octobre 2021
Une forêt nourricière voit le jour à Belœil
Par: Olivier Dénommée
Près de 60 citoyens ont participé, à la fin septembre, à l’aménagement d’une petite forêt nourricière au coin des rues Duvernay et Lechasseur, à Belœil. Photo gracieuseté

Près de 60 citoyens ont participé, à la fin septembre, à l’aménagement d’une petite forêt nourricière au coin des rues Duvernay et Lechasseur, à Belœil. Photo gracieuseté

L’entrée du boisé Louis-Philippe Vézina. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’entrée du boisé Louis-Philippe Vézina. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Avec l’aide de dizaines de citoyens, la Ville de Belœil a transformé l’angle des rues Duvernay et Lechasseur en forêt nourricière, où on retrouve dorénavant des dizaines d’arbres et arbustes fruitiers, de même que des herbacées comestibles.

Publicité
Activer le son

Selon les estimations de la Ville, près de 60 personnes ont mis la main à la terre les 25 et 26 septembre pour concrétiser ce projet. On y compte désormais 20 arbres fruitiers, 220 arbustes fruitiers et 350 herbacées, incluant des fleurs, des fines herbes, des fruits et des légumes. « Les ambitions de la Ville pour ce lieu sont de laisser cette forêt aux soins des citoyens et des organismes qui seront intéressés à participer. Le but étant que les gens s’approprient ce lieu et l’entretiennent », explique Émélie Trinque, porte-parole pour la Ville de Belœil. Un autre des objectifs de cette forêt nourricière est de promouvoir l’autosuffisance alimentaire, « soit de permettre à tous d’avoir accès à de la nourriture, tout en faisant connaître des fruits moins connus, tels que le kiwi nordique, la baie de Goji, la camerise, etc. », énumère-t-elle.

Cette forêt nourricière se veut aussi un lieu « propice pour la détente », où plusieurs bancs et tables doivent être installés pour permettre aux passants de s’y arrêter et de s’y ressourcer. La Ville et ses partenaires pourraient aussi éventuellement y proposer des ateliers sur les bonnes pratiques en horticulture. Belœil invite ses citoyens à rester à l’affût pour en savoir plus sur les prochains projets concernant ce nouvel espace.

Plus de terre que prévu
À la dernière séance ordinaire du 27 septembre de Belœil, les conseillers municipaux ont accordé un montant de 28 976,55 $ pour l’achat de terre supplémentaire, nécessaire à la réalisation du projet. Cela s’ajoute aux 56 613,69 $ déjà prévus. « Une évaluation préliminaire avait estimé à 330 m3 les besoins en terre pour les plantations. Toutefois, en raison de la faible qualité du remblai en place, il a fallu excaver plus de remblai et ajouter de la terre végétale afin d’assurer un meilleur drainage et un meilleur succès de croissance pour les plantations », soutient Mme Trinque. Ainsi, la quantité totale de terre utilisée pour concrétiser la forêt nourricière a presque triplé, passant à 909 m3 de terre.

image