11 septembre 2020
Une fermeture à long terme pour la rue Maureen
Par: Vincent Guilbault
Des bacs ont été installés sur la rue Maureen.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©��

Des bacs ont été installés sur la rue Maureen. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Les bacs à fleurs installés sur la rue Maureen pour bloquer la circulation entre Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park sont là pour de bon. Dans une lettre envoyée à Otterburn Park, le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, souligne que le conseil municipal veut maintenir « la rue fermée en permanence ».

Publicité
Activer le son

Le 11 août dernier, la Ville d’Otterburn Park a d’abord installé des blocs de béton sur la rue Maureen, qui est le prolongement de la rue La Violette. Le maire d’Otterburn Park, Denis Parent, souligne que l’installation des blocs se voulait une façon de forcer la discussion avec la Ville voisine. « Ça faisait longtemps que nous voulions parler de la rue Maureen. On a donc fermé la rue après avoir avisé les travaux publics de Mont-Saint-Hilaire. »
Au lendemain de la manœuvre, la Ville de Mont-Saint-Hilaire s’est aussi mise de la partie en installant des pots de fleurs au milieu de la rue pour empêcher « les automobilistes d’emprunter la piste cyclable pour contourner les blocs de béton », souligne le maire Yves Corriveau, dans un courriel envoyé à L’ŒIL. Otterburn Park a finalement enlevé ses blocs de béton, mais les pots de fleurs de Mont-Saint-Hilaire y sont toujours.
Pour Mont-Saint-Hilaire, le blocage de la rue n’était qu’une question de temps. « Étant donné que cette rue n’est pas conçue pour recevoir ce grand nombre de véhicules et que la rue Côté, elle, est justement dédiée à les recevoir et que ce détour occasionnera à peine [un rallongement de] 2 à 3 minutes, alors le conseil a maintenu la fermeture. » Notons toutefois que la rue Côté, à Mont-Saint-Hilaire, est fermée pour des travaux qui doivent s’étirer sur quelques semaines, ce qui augmente davantage la longueur du détour.

Problème depuis toujours
La rue Maureen est source de conflits depuis plusieurs années entre les deux villes. C’est notamment une des rues utilisées par les automobilistes en provenance d’Otterburn Park qui veulent quitter leur quartier. En temps normal, beaucoup de ces automobilistes utilisent la rue Maureen, même si la rue est à sens unique.
Le maire Yves Corriveau cite une étude de circulation effectuée sur sept jours, en juin dernier, qui montre que 852 véhicules sont passés sur la rue Maureen en direction de Mont-Saint-Hilaire, malgré le sens unique. L’étude devrait être déposée à la prochaine séance du conseil et être rendue publique à ce moment-là.
Selon le maire de Mont-Saint-Hilaire, au total, plus de 4000 véhicules empruntent cette rue dans les deux sens chaque semaine, ce qui est énorme pour une rue locale. Il souligne d’ailleurs que, dans un litige opposant les deux villes, la Commission municipale du Québec a tranché en 2002 que la rue était bien locale et que Mont-Saint-Hilaire était dans son droit d’y limiter la circulation. Selon lui, les résidents de la rue Maureen sont bien heureux de cette décision, eux qui se plaignent du trafic depuis des années.
De son côté, M. Parent aimerait que la rue Maureen soit ouverte dans les deux sens, « comme une rue normale ». Il maintient que des conducteurs de Mont-Saint-Hilaire, qui retournent à leur domicile le soir, empruntent aussi le sens unique. Il est conscient que les fautifs proviennent majoritairement d’Otterburn Park, par contre.

Pétition
Des citoyens des deux villes condamnent toutefois le geste de Mont-Saint-Hilaire. « Nous demandons à la Ville de revenir en arrière sur sa décision et de négocier avec la Ville d’Otterburn Park, plutôt que d’agir unilatéralement en bloquant la rue. Nous avons constaté un peu de mauvaise foi des deux côtés » souligne Ludovic Souillard, résident de la rue Louis-Ducharme. Il est conscient que les résidents de la rue Maureen et La Violette vivent des désagréments en lien avec la circulation, mais il est possible selon lui de mieux gérer les problématiques de vitesse et de conduite à contresens que de seulement bloquer la rue. Surtout, dit-il, les citoyens auraient dû être consultés.
C’est notamment pour cette raison qu’une pétition a vu le jour sur le site change.org. À ce jour, 318 signataires réclament la réouverture de ce segment de la rue par la Ville de Mont-Saint-Hilaire et demandent l’élaboration d’une solution durable « qui n’enclave pas un quartier complet de la ville tout en sensibilisant les utilisateurs au respect du code routier. Les signataires qualifient par le fait même la décision de la Ville de Mont-Saint-Hilaire comme étant démesurée, dangereuse et inefficace ».
Notons que par le passé, Mont-Saint-Hilaire a déjà effectué du marquage au milieu de la chaussée et installé des brigadiers statiques au centre de la rue. De plus, une étude effectuée en novembre 2017 montrait que près du deux tiers des automobilistes ne respectent pas la limite de vitesse de 40 km/h sur la rue Maureen, et qu’environ trois conducteurs par jour roulaient à une vitesse excessive à plus de 40 km au-delà de la limite permise.

image