30 juin 2015
Une femme reçoit un bout de plastique d’un feu d’artifice sur la tête
Par: L'Oeil Régional
Hélène Richard a conservé des morceaux de plastique provenant des feux d'artifice de la fête nationale.

Hélène Richard a conservé des morceaux de plastique provenant des feux d'artifice de la fête nationale.

Le morceau reçu sur la tête était de la grosseur de son poing, indique Mme Richard.

Le morceau reçu sur la tête était de la grosseur de son poing, indique Mme Richard.

FAITS DIVERS. Les feux d’artifice du 23 juin pour la fête nationale, à Mont-Saint-Hilaire, ont eu une tournure surprenante pour une mère de famille. Elle dit avoir reçu sur la tête un bout de plastique d’un feu d’artifice.

Hélène Richard était assise avec ses deux enfants et son conjoint sur le gazon devant l’église pour admirer le spectacle pyrotechnique. Au moment des feux d’artifice, le vent soufflait très fort en direction de Mont-Saint-Hilaire.

«Dès les premiers feux d’artifice, on voyait que les feux étaient toujours poussés vers nous. Quand il y en a eu un gros, les tisons sont tombés sur la foule. Les gens se sont dispersés. Un moment donné, il y a même eu des petits bouts de plastique qui sont tombés un petit peu partout», se rappelle Mme Richard.

Le bout de plastique qu’elle a reçu avait la taille de son poing et sentait l’explosif. «Ce n’est pas pesant. C’est un plastique super léger», dit-elle. Mme Richard affirme ne pas avoir été blessée. «J’ai plus fait le saut.»

Son conjoint a pour sa part reçu un tison dans l’œil. La Ville de Mont-Saint-Hilaire confirme aussi avoir traité durant la soirée une jeune fille pour une irritation à un œil, mais sans gravité. De plus, un homme s’est présenté à la caserne pour une brûlure au niveau de l’œil. Les pompiers lui ont donné une douche oculaire en attendant l’ambulance qui l’a transporté à l’hôpital de Saint-Hyacinthe. La Ville parle d’une blessure mineure.

Pas la seule

La petite famille est restée jusqu’à la toute fin du spectacle. À leur départ des lieux, ils avaient l’impression que beaucoup de débris jonchaient le sol.

Sur les réseaux sociaux, des personnes ont indiqué à L’Œil Régional avoir reçu aussi sur eux des débris et des tisons.

La petite famille est restée jusqu’à la toute fin du spectacle. À leur départ des lieux, ils avaient l’impression que beaucoup de débris jonchaient le sol.

Mme Richard a conservé des morceaux de plastique trouvés par terre provenant des feux d’artifice et a téléphoné le jeudi suivant à la Ville de Mont-Saint-Hilaire.

Le chef des pompiers est ensuite venu chercher les morceaux de plastique de Mme Richard.

Une première fois

Royal Pyrotechnie était l’artificier responsable des feux organisés par Belœil et Mont-Saint-Hilaire. La directrice administrative et ressources humaines de l’entreprise, Shirley Thivierge, parle d’un incident exceptionnel.

«Un morceau de plastique, sans regarder mes notes au dossier, c’est tout à fait une première pour moi», a indiqué Mme Thivierge qui s’occupe des dossiers de réclamation d’assurances de l’entreprise depuis 11 ans.

Un coup de vent pourrait expliquer l’incident, mentionne-t-elle.

«On n’est plus sévère que ce que la loi exige, assure-t-elle. On ne prend pas de chance. On va enlever des pièces qui sont plus risquées sans mettre en péril le spectacle. […] Mais vraiment, un morceau de plastique c’est plus lourd qu’une étincelle.»

De son côté, la Ville de Mont-Saint-Hilaire s’assurera que la «question de la sécurité à ce niveau» soit à l’ordre du jour lors de rencontres préparatoires de la fête nationale 2016 entre Mont-Saint-Hilaire et Belœil.

 

image