22 août 2019
Projet Grand Chelem de Roxane Chamberland
Une exposition commémorative présentée à Arts Station
Par: Olivier Dénommée

La seconde performance de Grand Chelem a eu lieu à Otterburn Park le mercredi 29 août 2018, le jour même où un orage violent et une petite tornade frappaient le Québec. Photo Josée Lecompte

L’artiste multidisciplinaire Roxane Chamberland s’est lancée l’été dernier dans le projet Grand Chelem, une série de performances alliant l’art au baseball dans quatre stades de la région. Un an plus tard, elle présente l’exposition du même titre à Arts Station, bouclant la boucle sur cette expérience marquante pour la Belœilloise.

À quatre reprises entre le 24 août et le 14 septembre 2018, Roxane Chamberland, alias Roxy, s’était rendue sur des terrains de baseball de la région (à Belœil, Otterburn Park, Sainte-Madeleine et Saint-Mathieu-de-Belœil) pour y livrer une performance d’environ une heure inspirée par une intention, le lieu, les conditions météo et ses interactions avec le public. Cela a donné lieu à des prestations aussi uniques que mémorables. « J’ai vu Grand Chelem comme une grande performance sur 22 jours, un grand élan. À la fin de chaque performance, quelque chose restait en moi », raconte Roxane Chamberland au sujet de son expérience vécue l’été dernier.

Quelques moments marquants

Les quatre performances de Grand Chelem ont totalisé tout près de cinq heures. Si l’expérience en soi a été très satisfaisante pour Roxane Chamberland, elle avoue se souvenir de quelques moments clés comme celui à Sainte-Madeleine où elle faisait un « hommage aux ligues de garage » en relevant 9 défis, souvent farfelus, devant une foule de 19 curieux. « On a beaucoup ri, c’était un des plus beaux moments de mes performances. Et j’ai eu une commandite de la Cantine Bernard qui a gracieusement offert 36 hot-dogs pour l’assistance! » Elle n’est pas non plus près d’oublier la seconde performance, en pleine tempête avec des vents violents et une température caniculaire. « J’ai eu peur que ça devienne dangereux et je me suis demandé si je devais quitter le terrain, mais finalement, je l’ai fait et ça a été un de mes moments artistiques les plus beaux à vie, le genre de moments que l’on sait que l’on ne revivra jamais », relate l’artiste, les yeux pétillants.

Roxy n’était pas seule dans cette aventure : elle était accompagnée d’une photographe (Catherine Asselin-Boulanger lors de sa première performance et Josée Lecompte pour les trois autres) et d’une « marqueuse » (Catherine Cédilot, une autre artiste-performeuse) chargée de tout écrire ce qui se passait pendant les performances. « Le baseball est un sport de mémoire et un sport lent, ce qui fait qu’on a le temps de tout prendre en note. » Les précieuses informations notées et dessinées par la marqueuse ainsi que tous les objets impliqués dans le projet ont ensuite été conservés sans que l’artiste n’y retouche avant ce printemps, un pas de recul nécessaire où elle a poursuivi son travail de réflexion sur sa pratique en général et sur la « mémoire du corps », sujet qui lui est cher.

Travail de mémoire

« Quand j’ai ressorti les notes et que je les ai lues pour la première fois en avril, ça m’a permis de replonger avec puissance et émotion dans ce que j’ai fait l’année dernière », affirme Roxy qui avoue n’avoir conservé qu’un souvenir assez général de ce qu’elle avait vécu précédemment. Les notes, précises à la minute près, lui ont rappelé avec détail les gestes qu’elle posait, les réactions du public ou la musique qui jouait à tel instant, par exemple. Ces informations l’ont aidée à créer une collection de 18 cartes de baseball liées au projet Grand Chelem.

Expo accessible

Du 24 au 31 août, il sera possible pour tous de visiter l’exposition Grand Chelem à Arts Station, situé à Mont-Saint-Hilaire, pour y voir la centaine d’objets qui ont inspiré les quatre performances de Roxy. Il sera aussi possible de rencontrer l’artiste qui a beaucoup à dire sur cette expérience et même de ramener un souvenir en achetant un paquet de cartes à collectionner (au coût de 10 $) qui renferme une panoplie de statistiques, de commentaires à chaud de l’artiste au lendemain de ses performances et de photos marquantes captées dans le processus.

L’exposition se veut accessible à tous, même pour ceux qui n’ont pas assisté aux performances l’année dernière. « Je m’attends à revoir les gens qui ont assisté à une ou plusieurs de mes performances, c’est sûr, mais aussi des gens qui ont entendu parler du projet sans avoir osé venir me voir performer et même quelques curieux. C’est peut-être moins inquiétant d’aller voir une expo que d’assister à une performance », reconnaît Roxane Chamberland, bien consciente du défi de faire connaître cette forme d’art en dehors de Montréal. Elle voit tout de même un beau prétexte pour en initier quelques-uns à cette forme d’art grâce au lien avec le sport.

L’exposition est présentée à partir de ce samedi 24 août jusqu’au samedi suivant. Arts Station (1087, boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, Mont-Saint-Hilaire) sera ouvert aux visiteurs de 14 h à 19 h 30. L’entrée est gratuite.

image