27 avril 2016
Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica
Par: L'Oeil Régional
Marilyn Veillette lors de sa première journée au Costa Rica

Marilyn Veillette lors de sa première journée au Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Une écrivaine de Beloeil quitte tout pour le Costa Rica

Marilyn Veillette a quitté son emploi et a vendu son condo pour s’acheter une maison au Costa Rica. Avant de mettre les pieds dans ce pays de l’Amérique centrale, l’écrivaine de Beloeil n’avait jamais visité sa nouvelle propriété.

L’auteure du livre Marilyn-Séduction, folie et talons hauts n’avait vu sa maison que sur les photos de son agent d’immeuble.

«En prenant l’avion, j’ai comme été un peu stressée. Et un peu, ce n’est même pas le cas de le dire. Moi qui avais arrêté de fumer depuis un an, je pense que j’ai fumé deux paquets dans ma journée», se souvient celle qui a délaissé son poste de rédactrice en chef au magazine La Semaine.

Sa plus grande crainte était de se retrouver sans maison. Marilyn Veillette a toutefois été agréablement surprise à son arrivée en septembre dernier. «C’était plus beau que sur les photos», dit-elle.

Le soleil, la plage et la chaleur ont attiré l’écrivaine vers le Costa Rica. Mais elle était avant tout à la recherche d’inspiration pour le tome 2 de sa série de Marylin Montplaisir, sortie cet hiver.

«Je pense qu’il faut vivre plusieurs expériences pour raconter plusieurs histoires», soutient Marilyn qui souhaitait aussi avoir un rythme de vie moins effréné.

Dans son deuxième bouquin Voyages, névroses et talons plats,l’héroïne Marilyn Montplaisir souhaite abandonner, elle aussi, son train-train quotidien. Elle part à la quête du bonheur à travers les voyages au soleil.

«La Casa de Marilyn»

Son inspiration, l’auteure la trouve notamment chez les lecteurs qu’elle accueille dans sa casa. Entre l’entretien de sa maison et l’écriture, Marilyn loue deux chambres à des touristes.

«J’invite les gens à faire partie de l’aventure», mentionne l’écrivaine qui habite dans la région de Matapalo.

Depuis novembre, «La Casa de Marilyn», comme elle l’appelle, a reçu près d’une centaine de visiteurs, surtout du Québec.

Tout n’est pas rose  

Heureuse dans son nouveau chez soi, Marilyn Veillette admet tout de même qu’au-delà des belles plages, de la mer et de la température chaleureuse, tout n’est pas rose dans son petit coin de paradis.

Le coût de la vie est beaucoup plus élevé qu’au Québec, confirme-t-elle. Femme blanche vivant seule avec son chat, l’écrivaine de Beloeil est souvent étiquetée comme une riche étrangère par les locaux qui essaient de lui vendre à plus gros prix certains biens. «Je ne vis pas dans l’opulence», précise-t-elle.

L’intégration n’a pas toujours été facile en raison notamment des valeurs des gens qui diffèrent sur certains points, dont l’honnêteté. «C’est comme naturel de mentir pour eux», explique Marilyn, qui dit avoir réussi à faire sa place et à se bâtir un réseau.

Pour l’auteure, le Costa Rica n’est qu’un pays de passage à l’heure actuelle. Elle souhaite vendre sa maison et repartir dans un peu plus d’un an vers un autre pays pour vivre de nouvelles aventures.

D’ici sa prochaine destination, elle commencera en mai l’écriture d’un troisième tome de la série Marilyn Montplaisir.

image