19 juillet 2016
Une danseuse qui a l’oreille pour la musique
Par: L'Oeil Régional
Camille Proulx

Camille Proulx

24 danseurs et danseuses de la troupe Rockwell Family, âgés de 12 à 36 ans, compétitionneront au World Hip Hop Dance Championnship à Las Vegas.

24 danseurs et danseuses de la troupe Rockwell Family, âgés de 12 à 36 ans, compétitionneront au World Hip Hop Dance Championnship à Las Vegas.

Diagnostiquée à l’âge de 2 ans, Camille Proulx est atteinte d’une surdité modérée à profonde. Un handicap qui n’a jamais empêché Camille de vivre sa passion pour la danse et de monter les échelons. Dans quelques semaines, l’adolescente de Belœil se mesurera à l’élite mondiale du hip-hop.

«Sans appareil, à un mètre de distance, elle n’entend rien», explique sa mère, Julie Duclos. Pour Camille, une conversation à un ton normal (55 décibels), c’est du chuchotement.

Malgré ce problème auditif, Camille Proulx excelle en danse. À l’âge de 2 ans, elle commence le ballet avant de se joindre à 4 ans à l’école de danse Rockwell Family.  

«J’ai passé devant le studio et je voyais des personnes se pratiquaient. Ça m’a donné le goût d’essayer», se souvient l’adolescente de 15 ans.

Autodidacte

Sa surdité apporte certains défis pour la danse. «C’est la concentration. Avec beaucoup de bruit, c’est dur pour moi de suivre», indique Camille, qui porte deux appareils auditifs.

Mais elle a trouvé le moyen de s’adapter. «Quand je vois d’autres personnes partir la chorégraphie, je sais quel mouvement faire. Je vais beaucoup regarder autour de moi. Je compte et je sens aussi beaucoup la vibration avec la musique», explique-t-elle.

La vibration et la base du son font qu’elle comprend bien la musicalité, témoigne son coach Stéphane Charbonneau. «Elle ressent plus la musique. Je pense que c’est une force pour elle parce qu’elle connecte plus facilement avec la musique malgré qu’elle ait plus de difficulté à l’entendre.»

Et l’aide de ses coéquipiers est aussi précieuse. Au besoin, ils lui répètent les consignes. Même chose pour son coach. Celui-ci ne manque pas d’éloges envers sa protégée.

«La beauté de Camille, c’est qu’elle est très autodidacte. Donc, elle est capable de copier les choses et de travailler de son côté pour pouvoir aller chercher ce qui lui manque. […] Elle est bourrée de talents», décrit M. Charbonneau.

Le rêve de Las Vegas

Depuis ses premiers pas de danse, Camille a parcouru beaucoup de chemin. La jeune danseuse a terminé troisième aux championnats canadiens et a participé à la production Ghost, présentée cette année au théâtre Olympia de Montréal.

Bientôt, elle vivra une première compétition internationale. Elle et 23 de ses coéquipiers de la troupe Rockwell Familly participeront au World Hip Hop Dance Championnship à Las Vegas du 7 au 13 août. Les «Jeux olympiques» de la danse.

Pour remporter le titre de champion du monde dans la catégorie «Mega crew», la troupe de Beloeil devra affronter des groupes venus des quatre coins de la planète, formés de danseurs de divers âges.

«C’est mon rêve depuis que je suis toute petite. Et là, ça se réalise. C’est comme le top. Je ne peux pas aller plus loin que ça», affirme Camille.

Campagne de financement

La participation de Rockwell Family au championnat du monde n’est pas sans frais. Le coût par participant est d’environ 1900$. Rockwell Family invite la population à leur faire un don par l’intermédiaire du site de sociofinancement Yoyomolo.

Le 31 juillet, la troupe tiendra aussi un souper-bénéfice à La Cage de Mont-Saint-Hilaire.  

image