24 juillet 2019
Saint-Marc-sur-Richelieu
Un risque de glissement de terrain guette la route 223
Par: Sarah-Eve Charland

La circulation s’y déroule en alternance depuis avril. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La route 223 à la hauteur de Saint-Marc-sur-Richelieu est entravée partiellement depuis plusieurs mois parce que le ministère des Transports du Québec (MTQ) craint un risque de glissement de terrain aux abords de la rivière Richelieu. L’échéancier des travaux demeure inconnu puisque ceux-ci pourraient affecter l’habitat du chevalier cuivré, un poisson dont l’espèce est menacée.

Le MTQ avait procédé à la fermeture préventive d’une des directions de la route, à proximité de la rue Handfield, en avril, lors d’une surveillance du réseau routier. Ce secteur de la route 223, qui longe la rivière, est propice à l’érosion et est donc surveillé régulièrement par le Ministère. Selon les analyses réalisées par le MTQ en géotechnique et en ingénierie, le maintien d’une voie sur la route 223 dans ce secteur peut se faire en toute sécurité.

Un projet de stabilisation du talus est sur la table. Il impliquerait des travaux en eaux et perturberait l’habitat du chevalier cuivré, une espèce considérée menacée par la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du gouvernement du Québec et en voie de disparition par la Loi sur les espèces en péril du gouvernement du Canada.

Le projet de stabilisation du talus est à l’étape de la préparation des plans et devis, plus précisément à l’obtention des autorisations environnementales, explique la porte-parole du MTQ, Josée Séguin.

« Un projet de compensation environnemental doit être soumis afin d’obtenir ces autorisations auprès de Pêches et Océans Canada. Toutefois, le ministère évalue également en parallèle la possibilité d’effectuer les travaux sans intervenir dans l’eau », mentionne-t-elle.

Il est encore trop tôt pour évaluer une date de début des travaux. Les coûts liés à ce projet seront assumés par le MTQ.

Mme Séguin ajoute qu’une surveillance du site est effectuée chaque semaine et que des états de situation sont envoyés aux équipes de spécialistes en géologie du Ministère.

La municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu est bien au fait des inconvénients causés par cette entrave. Le directeur des services technique, Yvon Tardif, souligne toutefois que tout le dossier est piloté par le Ministère et n’a donc pas de pouvoir.

« On a beaucoup d’appels de citoyens. On aimerait que ça soit fait plus rapidement, mais on sait que ça peut prendre du temps pour obtenir des autorisations environnementales. On fait des pressions », ajoute-t-il.

Une deuxième entrave
La circulation se fait également en alternance sur cette même route, entre la montée de Verchères et le rang du Ruisseau Nord. Le MTQ avait fermé complètement la route 223 le 17 juillet. Cette décision a été prise de manière préventive à la suite de l’apparition d’érosion près d’un ponceau de la route 223.

Un ingénieur s’est rendu sur place en fin d’après-midi, la journée même, afin d’évaluer la situation. Après vérification, la circulation a été à nouveau permise sur la voie en direction sud avec circulation en alternance. Des travaux devront tout de même être effectués. Le Ministère poursuivra ses analyses afin de déterminer l’intervention qui sera réalisée dans les meilleurs délais.

image