14 mai 2021
Un projet de 160 logements pour l’ancien Telus
Par: Denis Bélanger

Il y a de nouveaux développements importants dans le dossier de l’ancien bâtiment Telus de Mont-Saint-Hilaire qui sera reconverti en résidences pour les 55 ans et plus. D’un côté, la propriété vient de changer de mains pour la deuxième fois en 15 mois. De l’autre, la première esquisse du projet de 160 logements a été rejetée par la Ville.

Publicité
Activer le son

La société en commandite administrée par les actionnaires de Groupe EMD — Batimo a acquis l’immeuble au coût de 4 M$. Cette entreprise possède son siège social à Boisbriand et est administrée par Marc Dubuc et Francis Charron. Ils ont notamment réalisé les projets LIB Boisbriand et LIB Pointe-Claire, qui consistent en des logements locatifs pour des gens âgés de 55 ans et plus. L’Œil Régional a tenté d’obtenir les réactions des nouveaux propriétaires, mais aucun d’entre eux n’a été en mesure de rappeler le journaliste au moment de mettre sous presse.

Le bâtiment de Telus appartenait depuis le 20 février 2020 à une autre société en commandite, administrée cette fois-ci par les propriétaires de l’entreprise de Saint-Mathieu-de-Belœil Construction Bâtiments Québec. Elle avait acquis le site au coût de 3,8 M$ des mains de Charkylco, entreprise dont le principal actionnaire est l’Hilairemontais Georges Crête. Charkylco possédait la propriété depuis 2004 et l’avait mise en vente après le départ des employés de Telus à l’été 2018.

La récente transaction entre les deux sociétés en commandite a été conclue le 5 mai et permettra à la Ville de toucher des droits de mutation de l’ordre de 120 000 $.

Orientation défavorable

Peu de temps avant la transaction immobilière, le Comité consultatif d’urbanisme (CCU) de la Municipalité a donné une orientation préliminaire défavorable au plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Ce dernier doit être approuvé pour que l’entreprise puisse obtenir un permis de construction.

Les documents de la Municipalité ont permis d’apprendre que la proposition actuelle est de construire 160 logements répartis au rez-de-chaussée et aux trois étages supérieurs. Le rez-de-chaussée contiendra aussi une suite commerciale. Par le passé, il y avait eu des démarches prises pour essayer d’enlever au rez-de-chaussée l’usage commercial, mais la Municipalité s’y était opposée.

Le PIIA actuel est non conforme aux objectifs fixés par la Municipalité. De plus, le CCU a noté que l’excavation nécessaire pour l’aménagement du stationnement souterrain risque de compromettre sévèrement le maintien des arbres matures sur le site. Dans les nombreuses modifications à apporter, le promoteur devra entre autres s’assurer de conserver un maximum de végétation existante.

image