20 mai 2021
Un premier roman pour la chanteuse de Saint-Denis
Par: Olivier Dénommée
La Dionysienne Manon Vincent signe le roman Touchée, son premier, mais certainement pas son dernier puisqu’elle travaille déjà sur son prochain livre. Photo gracieuseté

La Dionysienne Manon Vincent signe le roman Touchée, son premier, mais certainement pas son dernier puisqu’elle travaille déjà sur son prochain livre. Photo gracieuseté

Plusieurs ont connu la Dionysienne Manon Vincent comme une chanteuse et une entrepreneure, mais c’est maintenant à titre de romancière qu’elle souhaite se faire connaître. Elle a fait paraître récemment un tout premier roman, Touchée, au style très rythmé et au sujet on ne peut plus d’actualité.

Publicité
Activer le son

« Ça fait environ trois ans que j’ai fait mon plan pour pouvoir me consacrer à 100 % à l’écriture. J’avais déjà réalisé mon rêve de chanter et j’avais des choses à écrire », mentionne celle qui a déjà fait paraître Les carnets d’une petite scène il y a quelques années au sujet des anecdotes et des souvenirs précieux que renferme le gîte À La Petite Scène.

Cette fois, Manon Vincent se lance dans la fiction… d’un sujet qu’elle a malheureu- sement bien connu dans son enfance. « Dans Touchée, on suit l’histoire de Laurence Boisvert, une femme qui vit du recul sur la violence qu’elle a subie dans son enfance. » Manon Vincent n’a pas voulu
mettre son propre nom dans l’histoire, mais elle souhaitait, à travers son récit, dire comment on peut s’en sortir malgré « les blocages et les trous noirs » qui restent parfois lorsqu’on est, enfant, témoin de vio- lence conjugale.

« Le roman se passe essentiellement à Saint-Denis. Laurence jase avec l’entrepreneur qui vient rénover sa maison et prend le temps de vraiment savoir d’où elle vient », poursuit l’auteure qui estime à 80 % le pourcentage de sa véritable histoire qui se retrouve dans Touchée. Elle admet que la sortie de ce roman maintenant n’est pas une coïncidence, elle qui sentait que les cas de violence conjugale seraient tristement en hausse avec la pandémie et le confinement. « J’avais envoyé mon manuscrit à des éditeurs en mars 2020… tout un timing! J’aurais voulu attendre, mais j’ai eu le sentiment d’urgence pour le lancer maintenant avec ma maison d’édition [Les Éphémères]. »

Toucher à travers sa plume
Peu importe la forme d’art, Manon Vincent a toujours voulu toucher les gens. C’était vrai à travers ses chansons, c’est d’autant
plus vrai dans ses livres. « J’ai une écriture rapide, très rythmée. J’écris aussi au présent, ce qui peut bousculer certains lecteurs, mais plusieurs lecteurs m’ont dit que des morceaux d’enfance ont refait surface en lisant Touchée. Il a aussi été bien reçu par les hommes qui l’ont lu! », souligne l’auteure. Et, malgré la gravité du sujet abordé, le roman contient son lot de « bouts très drôles », assure Manon Vincent.

À défaut de pouvoir rencontrer ses proches dans le cadre d’un vrai lancement, Manon Vincent a organisé un lancement virtuel, mais a bien l’intention de se rattraper lors de séances de signatures post-pandémie. D’ici là, elle mijote déjà sur d’autres projets d’écriture et travaille pour donner de la visibilité à Touchée, réfléchissant même à un format conférence pour parler du sujet des impacts de la violence conjugale sur les survivantes et leurs enfants.

Touchée de Manon Vincent est notamment en vente aux Buropro Citation de Belœil et de Saint-Hyacinthe, ainsi qu’à la librairie L’Intrigue de Saint-Hyacinthe. Les résidents de Saint-Denis peuvent aussi se le procurer au dépanneur Les Patriotes.

image