24 mai 2018
Un pas de plus vers un projet d’hébertisme
Par: Denis Bélanger

Jean-François Larocque (troisième à partir de la gauche) devant l’entrée de son terrain en compagnie des actionnaires Stéphanie Larochelle, Olivier Barcelo Desrosiers et Caroline Filion. Photo: Denis Bélanger

Mont-Saint-Hilaire accepte finalement de modifier son règlement de zonage pour permettre l’aménagement d’un parcours à obstacles dans un boisé situé en zone de conservation. Les promoteurs du projet devront toutefois réaliser une étude afin d’avoir le feu vert de la Commission de protection du territoire agricole du Québec.

Les promoteurs devront réaliser un inventaire printanier du lot visé par la demande, pour s’assurer que le projet n’affectera pas les espèces végétales ayant un statut précaire et que le secteur ne soit pas considéré comme un milieu humide. Cette étude devrait être réalisée au mois de mai. Le terrain en question se situe entre le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier et le chemin des Carrières.

Rappelons que Jean-François Larocque veut aménager le Parcours X, un sentier de 5 km d’une cinquantaine d’obstacles. Ses autres partenaires dans l’affaire sont Olivier Barcelo Desrosiers, Stéphanie Larochelle, Caroline Filion et Patrick Cholette.

Désaccords
M. Larocque avait déjà présenté son projet en 2016 au Comité consultatif d’urbanisme (CCU), qui avait donné une orientation favorable. Mais le nouveau plan d’urbanisme durable n’avait pas encore été adopté. C’est ainsi qu’en début d’année, les promoteurs du Parcours X ont appris que le projet ne cadrait plus avec les objectifs du PUD et que le CCU changeait d’idée.

La Ville avait néanmoins offert l’opportunité à M. Larocque de payer les frais d’une ressource externe pour analyser davantage le projet. Le Groupe Hémisphères a été retenu et avait conclu que le projet cadrait bien avec les orientations et les affections pour une zone de conservation. Les biologistes avaient posé toutefois des conditions, comme la réalisation d’un inventaire printanier.
Malgré les travaux du rapport qui avaient d’ailleurs été publiés dans L’Œil Régional, deux comités de la Ville (comité d’environnement et le CCU) se sont opposés au projet.

image