15 septembre 2021
Belœil
Un nouveau règlement sur la démolition d’immeubles à venir
Par: Olivier Dénommée
La Société d’histoire et de généalogie de Belœil–Mont-Saint-Hilaire avait partagé ses préoccupations dans un mémoire concernant l’identité patrimoniale du Vieux-Belœil.
Photothèque | L’Œil Régional ©

La Société d’histoire et de généalogie de Belœil–Mont-Saint-Hilaire avait partagé ses préoccupations dans un mémoire concernant l’identité patrimoniale du Vieux-Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Un nouveau projet de règlement relatif à la démolition d’immeubles a été déposé lors de la séance du conseil municipal de Belœil du 23 août. S’il est adopté, il devrait notamment contribuer à protéger les bâtiments patrimoniaux situés sur le territoire.

Publicité
Activer le son

S’il est adopté, le projet de règlement 1785-00-2021 relatif à la démolition d’immeubles viendrait abroger le règlement 1596-00-2008 régissant la démolition d’immeubles sur le territoire de la Ville de Belœil et ses modifications. Il inclurait des normes supplémentaires pour les bâtiments patrimoniaux, une définition plus détaillée d’un programme préliminaire de réutilisation du sol dégagé, un pouvoir de désaveu de la MRC de la Vallée-du-Richelieu de même qu’une augmentation des montants des amendes aux contrevenants. Le règlement, dont la refonte découle de l’entrée en vigueur du projet de loi 69 du gouvernement du Québec, devrait être adopté à une séance ultérieure.

Même si elle n’a pas été consultée pour aider à rédiger le nouveau règlement sur les démolitions, la Société d’histoire et de généalogie de Belœil–Mont-Saint-Hilaire (SHGBMSH) a été invitée par L’Œil Régional à le commenter, elle qui a souvent dénoncé la facilité de démolir des bâtiments patrimoniaux à Belœil avec le règlement en vigueur. « Le nouveau [règlement] me semble plus complet et donne plus de dents (des amendes beaucoup plus salées) à l’administration municipale à l’égard de certains contrevenants », a notamment commenté le président Alain Côté.

Il émet toutefois quelques réserves. « Le seul point d’interrogation [qui demeure] est de savoir si la Municipalité a vraiment les moyens de ses ambitions. Comment le personnel de l’urbanisme sera en mesure de faire le tour de la ville et voir ce qui se passe réellement? Jusqu’à présent, c’est grâce à l’éveil des citoyens qui a permis de dénoncer certains faits et gestes commis par des entrepreneurs qui voulaient faire table rase à l’égard de certains bâtiments pouvant avoir un intérêt patrimonial. »

M. Côté réitère son souhait de voir l’administration municipale prendre tous les moyens pour assurer la préservation du patrimoine bâti belœillois.

image