25 octobre 2018
Livre de MarieChantal Chassé
Un nouveau regard sur la réalité des patrons
Par: Denis Bélanger
Photo By: Bassam Sabbagh. www.bassamsabbagh.com

MarieChantal Chassé

La femme d’affaires et maintenant ministre de l’Environnement dans le gouvernement caquiste de François Legault, l’Hilairemontaise MarieChantal Chassé a été des deux camps du monde du travail: les employés et les patrons. Dans un souci de réconcilier un tant soit peu ces deux solitudes, elle a rédigé le livre Pourquoi mon patron est aussi chiant?, une «croisade pour un monde du travail bienveillant», publié récemment par les Éditions La Semaine.

Le parcours professionnel de Mme Chassé est assez étoffé. Elle a roulé sa bosse pendant plus de 25 ans dans le domaine de l’ingénierie, dont 20 ans dans l’industrie aéronautique. Elle a notamment fondé l’entreprise JMJ Aéronautique (les initiales de ses trois filles), qui se spécialise en assistance technique, en impartition et en gestion d’experts techniques, mobilisant des employés aux quatre coins du monde. La résidente de Mont-Saint-Hilaire est également derrière la naissance de l’organisme sans but lucratif Partage des ressources dans des communautés (PARC), qui vise a expérimenter de nouveaux modes de travail et de collaborations industrielles.

«Le travail est une partie importante dans la vie de chacun. Il y a du temps, des énergies et des opportunités qui y sont consacrés. Mais en même temps, la société du travail est mise à mal», lance l’auteure pour expliquer la réflexion qui l’a amené à écrire son livre.

Elle s’est rendu compte qu’il y avait très peu d’ouvrages qui traitaient du point de vue ou de la réalité des patrons qui permettraient aux employés de mieux comprendre les personnes qui les dirigent. Pour rédiger son ouvrage, elle s’est servie de son propre vécu et elle a interrogé d’autres patrons. Elle emploie un ton «qui aime bien, châtie bien» dans son livre, pour notamment explorer certaines croyances du milieu des affaires que peuvent avoir les employés, entre autres celle que le patron ne jure que par la croissance.

«Entendez-moi ici, je n’exècre pas ce monde, bien au contraire. J’en fais partie depuis 20 ans. Je prends plaisir à la joute. J’aime la fougue et le cran de l’entrepreneuriat, ce “qui m’aime me suive” qui donne de l’audace et nous pousse à nous réinventer, d’être plus brillants. Mais je tiens aussi à rester critique et à toujours m’améliorer…», peut-on lire en introduction de son livre.

Mme Chassé propose aussi plusieurs pistes de réflexion. Elle consacre notamment un plein chapitre sur les avantages que peut avoir chaque partie d’apprendre à connaître davantage leur patron, ou dans leur cas, de se découvrir. Le patron ne doit toutefois pas dégager une impression qui est fausse, car il sera difficile pour ses employés de bien le comprendre. Elle n’a pas eu que des succès, ayant vécu une faillite il y a une quinzaine d’années, et elle raconte aussi comment elle a cheminé à travers cet épisode de sa vie.

Des nouveaux patrons
MarieChantal Chassé s’est retrouvée le 1er octobre dernier de nouveau dans les souliers de l’employée. Ses nouveaux patrons, comme elle les appelle, sont les 30 000 électeurs de la circonscription de Châteauguay. Elle a été élue députée sous les couleurs de Coalition avenir Québec par plus de 1000 votes devant le député sortant et ténor du Parti libéral du Québec, Pierre Moreau.

«J’ai été choyée d’avoir eu à tous les niveaux des contacts humains incroyables et chaleureux», a dit Mme Chassé en entrevue, en parlant des rencontres lors de la campagne électorale.

Endos original

Le livre de MarieChantal Chassé se distingue aussi par sa couverture hors du commun. Au lieu de retrouver une photo de l’auteure avec une présentation de l’essence du livre sur l’endos, on y retrouve plutôt un deuxième titre humoristique, soit J’aime mon patron! (Au lieu de Pourquoi mon patron est aussi chiant?) On y retrouve aussi la consigne de déposer le livre de ce côté lorsque les gens sont au bureau pour ne pas s’attirer les foudres du patron.

«J’étais consciente que le titre risquait de choquer et je n’aime pas choquer. Je voulais quand même créer une émotion avec le livre, explique Mme Chassé. Nous avons alors sacrifié la quatrième couverture habituelle pour la version actuelle du livre.»

image