10 juillet 2019
Belœil
Un ingénieur conçoit un vélo mobile unique
Par: Sarah-Eve Charland

François Garneau a conçu un tout nouveau type de vélo électrique. Photo Sarah-Eve Charland | L'Œil Régional ©

Le Belœillois François Garneau roule tout droit vers l’innovation en commercialisant un vélo mobile Velomtek 100 % canadien. Le bolide, qui se démarque par sa carrosserie, a été développé au cours de la dernière décennie.

L’ingénieur en production automatisée cherchait à créer un produit qui se veut une option à la voiture et au vélo. Les conducteurs peuvent s’y asseoir de façon confortable et pédaler sur de courtes et moyennes distances, dit-il.

« Les gens intéressés par les vélos mobiles sont des personnes entre 40 et 60 ans, en général. Beaucoup disent que c’est pour aller se balader, d’autres pour des déplacements urbains, des activités, le sport et les loisirs. […] Les gens s’y intéressent pour la position de confort et de conduite. Ce sont des personnes qui veulent faire du transport actif avec un véhicule confortable. Ils recherchent aussi une protection des éléments », souligne-t-il.

Il s’agit tout d’abord d’un tricycle surplombé d’une carrosserie. Le tout a été conçu par l’ingénieur de Belœil. Il a tout d’abord été inspiré par des produits européens. Il en avait fait des essais routiers en 2007 à Toronto.

« Ça m’a donné la piqûre. Je me disais : wow, c’est vraiment intéressant ce genre de véhicule là. J’en avais vu dans des revues, mais rouler avec, c’est autre chose. Je me suis dit que j’aimerais bien produire un vélomobile », raconte-t-il.

Depuis, il a élaboré son produit. Il a conçu plusieurs prototypes. En 2019, il a présenté son dernier prototype à un salon du vélo à Toronto et au salon des véhicules électriques à Montréal. Il a conclu une première vente et devrait livrer son premier bolide bientôt. Le prix de vente actuel est de 8600 $.

Une assistance électrique

Les conducteurs doivent tout d’abord pédaler. Lorsqu’ils atteignent 3 km/h, ils peuvent enclencher l’assistance électrique qui permet de rouler facilement jusqu’à 30 km/h. L’autonomie de la batterie est d’environ 100 km selon l’effort du pédaleur et de sa vitesse.

« La mission de l’entreprise est de développer et de commercialiser un moyen de transport actif qui est efficace et vert. C’est très bon pour l’environnement. Zéro gaz à effet de serre. Ça se recharge en quatre ou cinq heures dans une prise de courant 110 volts », affirme M. Garneau.

Le véhicule possède plusieurs fonctionnalités, dont des lumières de frein, des feux clignotants, un phare avant, un klaxon, un siège et des pédales ajustables. Le véhicule se réfère aux règles de sécurité s’appliquant aux vélos. Il est donc recommandé de porter un casque. Il n’est pas nécessaire d’avoir de permis et d’assurances spécifiques.

L’ingénieur est ouvert à conclure des partenariats d’affaires. Alors qu’il gère son entreprise à son domicile pour le moment, il compte déménager dans des locaux, probablement à Saint-Mathieu-de-Beloeil, pour lancer une production plus soutenue dans les prochains mois. Il espère remplir un carnet de commandes de 5 à 10 vélos mobiles cet été.

image