28 avril 2021
Société d’histoire et de généalogie de Belœil–Mont-Saint-Hilaire
Un devoir de mémoire bien à l’étroit
Par: Sarah-Eve Charland
La Société d’histoire n’a plus d’espace dans son local pour acquérir de nouveaux documents. Photo gracieuseté

La Société d’histoire n’a plus d’espace dans son local pour acquérir de nouveaux documents. Photo gracieuseté

Le devoir de mémoire est mis à mal dans la région alors que le besoin d’espace de la Société d’histoire et de généalogie de Belœil–Mont-Saint-Hilaire est criant. L’organisme ne peut pratiquement plus acquérir de nouveaux documents.

Publicité
Activer le son

L’organisme loue un local, à prix préférentiel, dans le sous-sol de la bibliothèque de Belœil. Autant pour la section des archives que pour celle de la bibliothèque, la Société d’histoire n’a plus d’espace pour ajouter des documents à moins qu’ils ne soient « exceptionnels », souligne son président, Alain Côté.

Le président de la Société d’histoire, Alain Côté. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

En 2017, l’organisme s’est prémuni d’une politique d’acquisition de documents, mais elle devra être modifiée au cours des prochaines années. Les bénévoles doivent faire des choix déchirants sur ce qui reste ou ce qu’ils acquièrent.

« Présentement, on fait des acquisitions en petite quantité, mais ça nous pose quand même un problème d’espace. Comme une bibliothèque, on doit faire de l’épuration. On doit délaisser ce qui n’est pas utilisé ou pas d’une grande utilité pour faire de la place pour de nouvelles acquisi- tions. Si une personne arrive avec 50 boîtes de documents, on ne pourra pas les prendre à moins que ce soit des documents d’une grande importance. Si c’est d’une grande importance, on va tout faire pour les préserver », assure-t-il.

Au 31 décembre 2020, le responsable du centre de documentation, qui veille à la conservation de la collection et à l’acquisition de nouveaux titres, comptabilisait un total de 9663 fiches dans la bibliothèque.

Il devient de plus en plus urgent de trouver un plus grand local si l’organisme veut avoir une vision à long terme, souligne le président. La Société d’histoire a approché la Ville de Belœil afin de voir les possibilités de déménager dans un autre local municipal.

« Belœil nous a dit qu’on avait déjà un local et qu’on devait se compter chanceux. On nous a dit d’agrandir par l’intérieur. On est à l’étroit », ajoute M. Côté.

Pas d’autre option à Belœil
Belœil confirme avoir été approchée dans ce sens. « Néanmoins, nous n’avons pas d’espace supplémentaire disponible. Notre bibliothèque a déjà du mal à entreposer ses propres documents, matériels et équipements. La Société d’histoire bénéficie déjà d’un local exclusif à très faible coût, en plus d’un espace supplémentaire gratuit dans un local de la bibliothèque pour de l’entreposage, ce qui n’est pas le cas de nombreux autres organismes du territoire », affirme la porte-parole de la Ville, Émélie Trinque.

Cette dernière souligne que la Société d’histoire est un organisme régional et « que seule Belœil lui offre des espaces exclusifs ». La bibliothèque de Belœil offre aussi des documents pour la généalogie, poursuit-elle.

Depuis un an, l’organisme a mis en suspens ses démarches pour trouver un nouveau local en raison de la pandémie.

image