10 novembre 2017
Un dépliant unilingue choque l’ancien député Charbonneau
Par: Denis Bélanger

Jean-Pierre Charbonneau tenant les dépliants en anglais de Bureau en Gros devant le magasin de Belœil. Photo: Denis Bélanger

L’ancien député péquiste de Borduas, Jean-Pierre Charbonneau, s’est senti insulté d’avoir reçu dans sa boite aux lettres des dépliants publicitaires uniquement en anglais de la chaîne de magasins Bureau En Gros.

M. Charbonneau est client du magasin de la chaîne de Belœil. Dernièrement, il a reçu pendant trois semaines consécutives des dépliants en anglais. La seule touche de français était le logo francophone Bureau en Gros, qui occupait le même espace que l’image de la raison sociale anglophone de l’entreprise, Staples. «Je suis allé voir le magasin de Belœil où j’ai donné mon adresse. Ils m’ont dit que ça relevait du siège social», raconte le Belœillois qui s’est tourné vers L’Œil Régional pour dénoncer la situation.

Ancien élu sous la bannière du Parti Québécois, Jean-Pierre Charbonneau est un ardent défenseur de la Loi 101 sur l’affichage public et la publicité commerciale en français. «Nous sommes au Québec et la majorité est francophone. J’ai le droit de recevoir quelque chose que je peux lire. Il ne faut pas croire que les revendications nationalistes sont […] ringardes.»

Explications de Bureau en Gros
D’après la relationniste Sarah Cope Corbeil,  de Torchia Communication, responsable des affaires publiques pour Bureau en Gros, la situation de M. Charbonneau serait un cas isolé. «Au Québec, la politique est d’envoyer les dépliants uniquement en français, et bilingue pour certaines régions seulement», explique-t-elle. Par la voie des médias sociaux, L’Œil Régional n’a pas eu vent si d’autres résidents avaient reçu des dépliants unilingues anglophones.

Les dépliants expédiés chez Jean-Pierre Charbonneau proviendraient en fait du commerce en ligne.
«M. Charbonneau a fait une transaction achetez en ligne-récupérez en magasin. Pour aller en ligne, il faut créer un compte et en remplissant le formulaire on coche la langue dans laquelle on veut recevoir de la publicité. Ç’a été coché en anglais. Nous avons toutefois modifié les choses pour  que M. Charbonneau ne reçoive plus de la publicité en anglais», ajoute Mme Cope Corbeil dont la réponse est venue plus d’une semaine après l’appel initial du journaliste.

Jean-Pierre Charbonneau est toutefois sceptique de l’explication de l’entreprise. Il faut dire qu’il n’achète pas vraiment en ligne, préférant se déplacer en magasin. Il fait aussi remarquer qu’il reste près du Bureau en Gros de Belœil, soit à deux minutes de voiture, et qu’il n’a donc pas besoin d’acheter en ligne. «Mais je peux confirmer que je n’ai plus reçu de dépliants en anglais (depuis que le siège social de Bureau en Gros ait été avisé de la situation).»

image