1 octobre 2018
Projet sur Saint-Georges
Un dépliant contenant de fausses informations distribué à Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger

Voici le dépliant en question.

Plusieurs citoyens de Mont-Saint-Hilaire ont reçu dans leur boîte aux lettres un dépliant non signé donnant des informations erronées sur le projet de développement sur Saint-Georges plusieurs jours avant la tenue, le 12 septembre, de la soirée de consultation qui a donné les grandes lignes du projet.

Le document imprimé en couleur indiquait que le bâtiment aurait cinq étages, 100 condos et un stationnement de 150 places. On a aussi indiqué que le projet, qui accueillerait le Marché Pepin IGA, entraînerait la venue hebdomadaire de 200 camions de livraison. Les faits réels sont plutôt que le bâtiment aura quatre étages, environ 75 logements locatifs et un stationnement extérieur de 108 cases réparties en deux espaces. De plus, selon la direction des Marché Pepin, l’épicerie ne reçoit que 180 livraisons par semaine.

Le dépliant invitait aussi les citoyens à signer la pétition lancée en ligne pour s’opposer au projet. Une source bien au fait du dossier a reconnu que le document n’a pas aidé les choses. Rappelons que la rencontre du 12 septembre a été animée alors que plusieurs citoyens ont démontré qu’ils n’étaient pas convaincus des bienfaits du projet.

L’auteur inconnu
On ignore pour l’instant qui a fait imprimer et distribuer ce dépliant. Après avoir été abordé sur le sujet, le conseil d’administration de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) a nié être derrière le dépliant et la pétition. Il faut rappeler que le président du regroupement de citoyens, Pierre Nault, avait envoyé une lettre à L’Oeil Régional pour inciter les gens à venir en grand nombre à la consultation publique.

Steve Richard, le président d’Odacité, entreprise qui pilote le projet de développement immobilier, assure qu’il n’a pas pour l’instant l’intention d’intenter des actions judiciaires ou de déposer des plaintes formelles auprès du responsable de la distribution. Il préfère se concentrer sur la réalisation du projet, mais il reconnaît que c’est intrigant d’essayer de découvrir qui a payé pour le dépliant, estimant que ce genre de choses peut s’élever facilement dans les cinq chiffres

image