18 octobre 2017
Mairie de Mont-Saint-Hilaire
Un candidat idéaliste et rêveur
Par: Denis Bélanger

Jean-Luc Maltais et ses affiches qui reflètent le thème de sa campagne, l’amour pour sa ville. Il souhaite ainsi semer «des petits cœurs» à Mont-Saint-Hilaire. Photo: Denis Bélanger

Le candidat indépendant à la mairie de Mont-Saint-Hilaire, Jean-Luc Maltais, a une approche et une philosophie différentes pour «sortir des sentiers battus». Déterminé à faire campagne sans veston ni cravate, il souhaite notamment augmenter le taux de participation aux prochaines élections.

«Il y en a qui diront que je vais diviser le vote. Je ne vise pas ceux qui votent, mais ceux qui ne votent pas, lance le quadragénaire. J’aimerais que Mont-Saint-Hilaire ait le plus haut taux de participation aux prochaines élections.»

Résident de Mont-Saint-Hilaire depuis 2010, Jean-Luc Maltais est chargé de projet dans la mécanique de procédés municipaux pour le traitement des eaux. Il a travaillé pendant 10 ans pour l’entreprise Filtrum et travaille maintenant pour le Groupe LML ltée. Il est en voie de réorienter sa carrière. «J’ai toujours été critique envers la politique. À un moment donné, il faut arrêter de chialer et faire quelque chose.»

Jean-Luc Maltais ne fait qu’une seule promesse; faire un seul mandat. «Le cynisme s’installe trop souvent durant un second mandat.»
Pour ce qui est du dossier de la zone A-16, M. Maltais mentionne les outils qu’il utiliserait pour arriver à une finalité. «Nous pouvons trouver des compromis dans tout. Je ne connais pas tous les détails administratifs du dossier, mais il y a sûrement un moyen de s’asseoir avec ceux qui possèdent les terrains pour discuter. S’il faut rouvrir le registre, on le fera. Si on fait un référendum, j’aimerais que les gens se prononcent sur d’autres points.»

Le candidat aimerait aussi que les prochaines constructions résidentielles aient une norme certifiée en tant que bâtiment à faible consommation d’énergie. Il appuie aussi certaines idées de ses adversaires. Il est d’accord avec l’idée du maire sortant Yves Corriveau de déplacer le garage municipal et permettre la construction de logements sur le site situé à côté de l’ancien camping. Il appuie également la suggestion de la candidate indépendante Denise Loiselle qui propose un service de navette pour diminuer la circulation pendant les pommes.

Reconnaissant être un idéaliste et un rêveur, M. Maltais estime que ses chances de remporter la mairie sont minces. «Je suis réaliste, ça prendrait un miracle.»

image