26 avril 2018
Collecte de fonds de L'Arrière Scène
Un besoin à combler pour les enfants autistes et leur famille
Par: Olivier Dénommée
Simon Boulerice
Photo: Robert Gosselin

Simon Boulerice Photo: Robert Gosselin

L’Arrière Scène, Centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse en Montérégie situé à Belœil, a fait le pari qu’il était possible d’offrir des spectacles jeunesse adaptés à la réalité des enfants autistes. Après un premier test concluant le 11 mars avec Les mains dans la gravelle de Simon Boulerice, l’équipe fait appel à la population pour lui permettre de répéter l’expérience lors de sa prochaine saison.

La nouvelle levée de fonds de L’Arrière Scène espère amasser 3000 $ en dons pour permettre de nouvelles représentations «adaptées sensoriellement» qui semblent répondre à un besoin criant, particulièrement en Montérégie. «On s’est rendu compte qu’on a répondu à un gros besoin en offrant cette représentation», constate Eveline Payette, responsable des relations avec le milieu scolaire et de la médiation culturelle à l’Arrière Scène. Selon elle, plus de 75 billets sur les 80 disponibles ont trouvé preneur pour l’occasion.
Cette mère de deux enfants autistes était aux premières loges pour constater les effets de la représentation adaptée sensoriellement, où les stimuli étaient diminués pour éviter autant que possible la surcharge sensorielle des spectateurs. «C’était extraordinaire, j’ai trouvé mes enfants plus calmes que d’habitude et ils ont apprécié le spectacle!» Mme Payette a aussi eu l’occasion d’entendre différents commentaires de parents qui abondaient dans le même sens, dont certains pour qui ce spectacle était une première sortie avec leur enfant autiste.
Dans la salle, beaucoup d’enfants faisaient de l’écholalie (répéter les paroles dites sur scène), et d’autres du flapping (battre des bras ou des mains), mais seulement quatre enfants ont dû sortir de la salle à cause d’une surstimulation sensorielle. «On a été surpris d’avoir droit à un tel niveau d’attention de la part des enfants qui étaient, pour la plupart, très calmes!», soutient Mme Payette. Le seul commentaire négatif qu’elle a entendu d’un parent concernait le choix de la pièce, mettant en scène un seul acteur. «Son enfant aurait voulu plus d’action sur la scène, mais peut-être qu’un autre enfant aurait trouvé que c’était trop s’il y avait plusieurs personnages à suivre», relativise-t-elle.
Des ajustements seront apportés pour la prochaine représentation adaptée sensoriellement, «un spectacle de marionnettes très visuel», mais l’équipe de l’Arrière Scène est consciente qu’il sera presque impossible de répondre aux besoins spécifiques de tous les enfants.

Beaucoup de demandes
La prochaine représentation adaptée devrait se retrouver dans la programmation familiale de la saison 2018-2019 de L’Arrière Scène, qui sera d’ailleurs annoncée très prochainement, mais le succès du premier test confirme qu’il y aurait de la demande pour plus qu’une représentation au programme. «Éventuellement on aimerait offrir plus qu’un spectacle par année, mais cela dépend beaucoup de l’argent que l’on réussit à obtenir pour financer les coûts engendrés par les représentations adaptées sensoriellement. Selon les fonds disponibles, on aimerait beaucoup offrir cette formule au niveau scolaire aussi», explique la responsable des groupes scolaires, qui admet avoir reçu des demandes pour aussi proposer cette formule devant des élèves à Montréal.
C’est là qu’un don pour permettre de nouvelles représentations adaptées aux besoins des enfants autistes peut faire une grande différence, non seulement pour bonifier l’offre de L’Arrière Scène, mais aussi pour que d’autres producteurs prennent part au mouvement. Il est possible de faire un don à l’adresse arrierescene.qc.ca/campagne-de-financement. Au moment de mettre sous presse, 12 % de l’objectif de 3000 $ était déjà atteint.

image