30 mars 2018
Yvan Roy à la Coupe Strathcona
Un Belœillois au berceau du curling
Par: Denis Bélanger

Yvan Roy (deuxième à gauche) en compagnie de ses coéquipiers et de la Coupe Strathcona. Photos: Gracieuseté

Yvan Roy (gauche) balayant intensément.

Yvan Roy de Belœil a séjourné pendant plus de trois semaines en Écosse, en début d’année, pour jouer au curling à l’occasion de la Coupe Strathcona, qui se tient tous les cinq ans.

Instiguée il y a plus de cent ans, la compétition oppose des joueurs de curling du Canada à ceux d’Écosse. Chaque pays alterne le rôle d’hôte; le prochain rendez-vous doit avoir lieu en 2023 au Canada. La compétition implique plusieurs quatuors et la nation ayant cumulé le plus de points est sacrée la vainqueure. Cette année, 40 joueurs de curling canadiens, dont quelques Québécois, ont été envoyés en Écosse. Yvan Roy, à la position de deuxième, a disputé 24 parties en 23 jours. Le Canada a remporté la Coupe cette année après avoir échappé le titre à la maison il y a cinq ans.

M. Roy se dit choyé d’avoir été retenu pour vivre cette expérience. «Il y a beaucoup de bons joueurs, dont certains qui ont gagné le championnat canadien. Les joueurs ont été choisis en fonction de ce qu’ils apportaient au curling. Moi, je fais beaucoup de bénévolat, notamment dans les tournois internationaux. C’est un rêve quasiment inespéré pour quelqu’un comme moi qui joue seulement depuis 15 ans d’être en compagnie de joueurs de 40 ans d’expérience.»

Yvan Roy s’est vite bien entendu avec ses trois autres coéquipiers canadiens pour la durée de la compétition. «Je me suis découvert des affinités avec les membres de l’équipe dans les 15 premières minutes de notre première rencontre. La chimie a été extraordinaire et j’ai vécu une expérience de fratrie intense. Les Écossais ont été très accueillants. La journée de notre départ, les joueurs locaux avaient installé dehors des drapeaux du Québec et de Terre-Neuve (province des deux capitaines) pour nous souhaiter bon retour.»

Une tradition forte en Écosse
Si le Canada est l’une des puissances mondiales au curling, les représentants d’Écosse sont souvent des prétendants au titre mondiaux. Après tout, il est généralement reconnu que le sport a été inventé en Écosse. Et les deux premiers championnats du monde masculins ont opposé seulement des joueurs canadiens et écossais. Si le drapeau de l’Écosse est présent dans la majorité des grandes compétitions internationales de curling, les joueurs compétitionnent sous les couleurs de la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques. «La culture du curling là-bas ressemble beaucoup à celle d’ici. Les gens sont là pour gagner, mais en dehors de la glace, c’est très amical. La couverture télé n’est pas aussi grande en Écosse qu’au Canada, mais les médias écrits et locaux, suivent beaucoup les compétitions», renchérit M. Roy qui est membre du Club de curling de Boucherville.

image