16 août 2019
Soccer au Collège Saint-Hilaire
Un ancien joueur de France à la
Par: Denis Bélanger

Francois Bourgeais. Photo gracieuseté

Les jeunes joueurs de soccer du Collège Saint-Hilaire pourront bénéficier des précieux conseils d’un ancien joueur professionnel ayant joué en deuxième division du championnat de France. La direction a recruté François Bourgeais à titre de co-coordonnateur du Programme excellence de soccer-futsal.

Le programme de soccer-futsal en sera à sa troisième année d’existence. M. Bourgeais s’occupera des joueurs de troisième secondaire. En plus de superviser les entraînements et diriger les matchs de futsal (soccer intérieur), il supervisera aussi des parties amicales à 11 joueurs. Le professeur en éducation physique et ancien directeur technique d’un club de soccer à Saint-Hyacinthe, Frédéric Delage, continuera d’entraîner des joueurs de première et deuxième secondaire.

Un curriculum bien rempli
Bourgeais a joué en tant que milieu de terrain pour le SCO Angers qui évoluait à l’époque en deuxième division. À 31 ans, il a accroché ses crampons puis reçu un appel de l’équipe de son enfance, le FC Nantes, pour qu’il occupe un poste d’entraîneur à l’académie du club professionnel.
Le formateur s’est expatrié au Canada en 2012 où il a continué de rouler sa bosse en tant que formateur de soccer. Présentement, il occupe les fonctions de directeur technique adjoint au club de Soccer de Saint-Hubert, où il s’occupe des équipes élites ainsi que de l’équipe semi-professionnelle de la Première ligue de soccer du Québec (PLSQ). Il est aussi entraîneur-chef du Collège Ahuntsic, qui a des joueurs issus du club de Saint-Hubert. Il a mené récemment Ahuntsic vers deux titres provinciaux. Il a d’ailleurs été nommé entraîneur masculin de l’année par l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) à l’automne 2018.

Grâce à la référence d’un parent
C’est l’homme d’affaires de la Vallée-du-Richelieu Toby Gauld qui a vanté les aptitudes de François Bourgeais auprès de la direction du Collège. M. Gauld connaît bien l’homme de soccer, car ce dernier a recruté son fils dans l’une des équipes élites de Saint-Hubert. « Il appréciait ma manière d’appréhender mon métier et il en a parlé au collège », dit-il.
Bourgeais est bien enthousiaste de commencer sa nouvelle tâche.

« Un de mes objectifs est de permettre à des jeunes de s’améliorer en soccer. Je veux aussi leur permettre d’associer un soccer de bon niveau à des études de haut niveau, poursuit l’homme de soccer. Il y a pas mal de joueurs à Saint-Hubert et Ahunstic qui viennent de la région Richelieu-Yamaska. C’est une manière de développer davantage mon réseau de connaissance pour être au service de la communauté soccer. »

Une amélioration constante
François Bourgeais vit dans un contexte sportif et socioculturel bien différent de sa terre natale. La France, fière de deux titres à la Coupe du monde, carbure au foot et est située en périphérie d’autres puissances mondiales du sport comme l’Espagne et le Portugal. Le Canada a encore des croutes à manger pour simplement rivaliser avec les meilleures nations de sa région de qualification (CONCACAF) pour le soccer masculin, le Mexique et les États-Unis, qui eux-mêmes ne sont pas du même calibre que les Européens et les joueurs d’Amérique du Sud.

 

Depuis son arrivé de ce côté de l’océan Atlantique, il a constaté une nette amélioration. « Pour moi, ça ne va jamais assez vite, mais ce n’est pas la faute des jeunes. Je n’ai pas fait de statistiques avancées. Mais je vois des jeunes intéressés et intéressants qui méritent que l’on s’intéresse à eux pour développer leur qualité. Il y a beaucoup de jeunes avec un potentiel. »

image