9 décembre 2015
Trois intersections, au moins 36 vicitmes
Par: Karine Guillet
La croisée des rues Brunelle et Richelieu fait partie des intersections problématiques.

La croisée des rues Brunelle et Richelieu fait partie des intersections problématiques.

Les croisées d’Yvon-L’Heureux et de Bernard-Pilon, de la rue Brunelle et Richelieu, ainsi que du Chemin Trudeau et de Saint-Jean-Baptiste sont parmi les endroits qui ont causé le plus de blessés dans la région entre 2008 et 2012. Ce sont tous des endroits où le Ministère des Transports (MTQ) a en partie juridiction.

 

Selon le Portrait des accidents de la route 2008-2012 de la direction de la santé publique de la Montérégie, publié il y a quelques semaines, ces intersections ont toutes récolté entre 12 et 24 accidents dans lesquels on dénombre au moins un blessé durant ces quatre ans.  

Découvrez où se situent les intersections problématiques et quelles sont les solutions envisagées ici.  

Selon la mairesse de Belœil Diane Lavoie, la Ville est au fait depuis longtemps que ces intersections sont problématiques. «On essaie toujours d’améliorer [le bilan]. On est conscients des coins difficiles, mais c’est sûr qu’il y a de la vigilance aussi des conducteurs», dit-elle.

Le fait que la rue Bernard-Pilon et la rue Richelieu sont de juridiction provinciale complique cependant la tâche aux municipalités, croit la mairesse. Bien que l’intersection du chemin Trudeau et de la rue Saint-Jean-Baptiste soit de compétence municipale, le MTQ a tout de même la responsabilité des feux de circulation

«Nous avons parfois de la difficulté à leur faire comprendre. Mais eux aussi ont des critères, des balises qui font en sorte qu’ils n’avancent pas au même niveau que nous. Ils n’ont pas non plus la même pression des citoyens que nous pouvons vivre [comme] gouvernement de proximité.», ditla amiresse

Elle cite en exemple le cas des traverses piétonnières en pavé de la route 116, que la Ville voulait installer aux intersections problématiques. Un dossier pour lequel «ça a tout pris» pour obtenir l’autorisation MTQ.

De son côté, le MTQ affirme qu’il dispose des données de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) et qu’il tient compte de tous les types d’accidents. «L’analyse de la fréquence et de la typologie des accidents permet au Ministère d’évaluer s’il y a possibilité d’améliorer la sécurité de la route et d’identifier les correctifs les plus appropriés», explique la porte-parole du MTQ, Isabelle Buisson.

Presque le quart des accidents cause des blessures

Selon les données de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ),  Belœil a été le théâtre de 2069 accidents entre 2008 et 2014. Les accidents avec victime représentent 23% de tous les incidents.

Sur tous les accidents, seulement sept ont fait des victimes avec des blessures graves, et quatre ont été mortels. Une statistique encourageante pour la mairesse. «Ça veut dire que les modifications que nous avons apportées au cours des dernières années font en sorte que nous avons moins d’accidents mortels.»

image