3 octobre 2019
Vieux-Belœil
Trois ans d’attente pour le programme de rénovation
Par: Sarah-Eve Charland

Les bâtiments admissibles doivent être composés d’au moins un logement. Photothèque | L’Œil Régional ©

Alors qu’il s’agit de la deuxième édition du programme de subvention de rénovation dans le Vieux-Belœil, la Ville connaît déjà une liste d’attente de près de trois ans.

La première édition de ce programme de subvention a été lancée en 2017-2018. Les élus ont adopté le 23 septembre les dispositions pour la deuxième édition, qui encadre 2019-2020.

« Nous avons déjà une liste d’attente bien remplie. Le temps d’attente afin de pouvoir bénéficier d’une subvention, si le citoyen n’est pas déjà inscrit sur la liste d’attente, peut aller jusqu’à trois ans », mentionne la porte-parole de la Ville, Caroline Nguyen Minh.

Le programme d’aide financière pour la rénovation résidentielle s’inscrit dans le cadre du Programme rénovation Québec. Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation a accordé à la Ville de Belœil un budget pour l’application d’un programme de revitalisation. Le budget total de ce programme s’élève à 153 000 $, assumé par la Ville et la Société d’habitation du Québec. Les coûts des projets retenus seront donc partagés équitablement entre les propriétaires, la Société d’habitation du Québec et la Ville.

« La Ville de Belœil reconnaît la nécessité d’intervenir dans la revitalisation de son centre-ville, étant le vieux quartier résidentiel de la Ville », souligne la résolution adoptée par les membres du conseil.

Le but de ce programme est de stimuler la revitalisation dans un secteur ciblé, notamment le Vieux-Belœil, dont la vocation résidentielle est en déclin et dont le cadre bâti nécessite des interventions publiques pour en favoriser la mise en valeur.

Tous les propriétaires de ce secteur peuvent bénéficier de ce programme. Les bâtiments admissibles doivent comporter au moins un logement ou une habitation mixte. La Ville ne peut pas assurer que ce programme reviendra d’année en année puisque le gouvernement prend cette décision annuellement, mentionne Mme Nguyen Minh.

image