4 septembre 2019
Café du passeur
Trois ans à laisser sa marque à Mont-Saint-Hilaire
Par: Olivier Dénommée
Jocelyne Bilodeau, propriétaire du Café du passeur, est fière de constater que son établissement fait déjà partie du paysage hilairemontais.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Jocelyne Bilodeau, propriétaire du Café du passeur, est fière de constater que son établissement fait déjà partie du paysage hilairemontais. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le 22 juillet 2016, en pleines vacances de la construction, le Café du passeur ouvrait discrètement ses portes sur le chemin des Patriotes Nord à Mont-Saint-Hilaire. Un pari risqué que prenait Jocelyne Bilodeau, mais qui a vite su attirer sa clientèle. Après trois ans, le Café semble bien implanté dans le quotidien de plusieurs clients.

« Avant que le Café s’y installe, ce lieu a déjà été un magasin général, puis une épicerie. Depuis toujours, c’était un pôle d’échanges pour les gens du coin. Je voulais créer un sentiment d’appartenance dans le secteur », explique Jocelyne Bilodeau. Cette résidente de Saint-Jean-Baptiste issue du milieu des arts avait envie de créer un lieu paisible et chaleureux où le partage des idées et de la culture serait au rendez-vous. L’idée du café s’est imposée d’elle-même, malgré les défis du monde de la restauration. « Il faut être effronté pour se lancer dans une telle entreprise, mais je pense que je suis effrontée! », affirme Mme Bilodeau en riant.

Succès d’estime
Voilà trois ans que le Café du passeur s’est implanté dans le paysage hilairemontais et qu’il s’adapte aux besoins de sa clientèle. La propriétaire n’hésite pas à dire que son commerce jouit d’un beau « succès d’estime » même si l’achalandage est encore inégal. « En restauration, c’est très difficile : il y a beaucoup d’offres et les clients deviennent plus exigeants, ils cherchent à vivre une expérience », note-t-elle. Selon elle, l’expérience au Café inclut des activités de réseautage et des spectacles, mais aussi une ambiance lumineuse (les nombreuses fenêtres ne sont pas couvertes par des rideaux) et la possibilité pour les visiteurs de laisser une trace de leur passage en écrivant sur un mur.
Jocelyne Bilodeau peut affirmer que le Café du passeur est déjà devenu un point de repère dans la région et qu’il attire bon nombre de visiteurs de l’extérieur – et de plus en plus de touristes –, notamment lors de ses soirées. « Ma grande fierté, ce sont les soirées micro ouvert, chaque dernier vendredi du mois. C’est surprenant de voir qu’on a droit à une grande qualité d’artistes, d’ici et d’ailleurs, qui présentent des numéros autant de poésie, que de musique et de chanson. Ce sont des soirées très courues! »
Un des spectacles les plus marquants présentés au Café jusqu’à présent est certainement celui de I Muvrini, groupe de chant polyphonique corse. « Le groupe est habitué de jouer dans les salles de 10 000 personnes, mais il a accepté de jouer chez nous! C’était tout à fait magique et la salle était surtout bondée de Français et de Montréalais venus assister à cette rencontre impossible », se souvient-elle.

5 à 7 festif
Ce samedi 7 septembre, le Café du passeur invite la population à participer à un 5 à 7 qui sert à la fois d’occasion pour dresser le bilan des trois dernières années et pour annoncer la programmation automnale. « Au cours des prochains mois, au moins deux artistes européens viendront à la rencontre du public ici », précise la propriétaire, fière que l’on choisisse son établissement pour tâter le pouls du public québécois. Parmi les autres événements prévus au Café du passeur se trouvent aussi un lancement d’album en octobre et plusieurs spectacles de chanson et de poésie. Dans tous les cas, Mme Bilodeau promet que, peu importe le niveau des artistes invités à performer au Café, elle s’assure qu’ils livreront un bon spectacle.
Le 5 à 7 sera aussi l’occasion de parler des expositions à venir au Café. « Celle en cours [de Bessette et Michel Lévesque], installée depuis peu, risque de faire jaser! », prévoit-elle. Puis, en octobre, ce sera au tour d’une exposition collective doublée d’un encan silencieux. « Six artistes qui ont exposé dans la dernière année ont accepté de donner une toile que nous vendrons à l’encan. L’activité sert en même temps de campagne de financement pour le Café », mentionne Mme Bilodeau, qui avait testé cette formule l’année précédente.
Pour la suite des choses, Jocelyne Bilodeau ne peut qu’espérer que sa clientèle régulière restera fidèle et que de nouveaux résidents de la région adopteront aussi le Café du passeur, ce « passeur d’émotions », pour leurs moments de détente et leurs découvertes culturelles. Le Café est situé au 242, chemin des Patriotes Nord, Mont-Saint-Hilaire.

image