10 janvier 2019
Circonscription de Borduas
Transport et économie marqueront l’année 2019 de Simon Jolin-Barrette
Par: Sarah-Eve Charland

Le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a établi ses priorités régionales pour l'année 2019. Photothèque | L'Œil Régional ©

Le député de Borduas Simon Jolin-Barrette se prépare à connaître une année 2019 chargée alors qu’il compte se lancer d’emblée dans la création de son escouade économique et dans l’analyse globale de la circulation routière sur le territoire de la circonscription.

Ces enjeux faisaient d’ailleurs l’objet de ses engagements électoraux, mentionne-t-il. Dès les premiers mois, le député travaillera à former l’escouade économique avec les acteurs importants de la région.

« [L’escouade aura] un mandat de coordination économique. Dans la région, il y a certaines municipalités qui n’ont plus nécessairement de terrains dans leurs parcs industriels. Il faut travailler en synergie. Si une ville n’a plus de terrain, mais qu’une entreprise s’établit dans la ville d’à côté, c’est avantageux pour l’ensemble de la région », assure-t-il.

L’escouade devra aussi se pencher sur la question de la fuite commerciale. « Je veux garder les gens dans la région. C’est une région assez populeuse, mais il faut réussir à offrir des emplois et des services de qualité. Je vais beaucoup miser là-dessus pour que les retombées économiques restent dans la Vallée-du-Richelieu », poursuit-il.

Les enjeux de transport en analyse

La circulation sur l’autoroute 20 et la route 116 fera l’objet d’analyse en 2019. Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec avait présenté un plan pour décongestionner le réseau routier sur la Rive-Sud de Montréal pendant la campagne électorale.

« La 116, la 20, la 30 et la 10, tout va ensemble. Ce n’est pas un plus que l’autre, c’est une analyse globale. C’est sûr que ça va se faire par étape, mais il y a des choses qu’on peut faire rapidement comme la voie réservée sur la 116. Elle existe déjà jusqu’à la rue, Parent à Saint-Basile-le-Grand. Maintenant, il faut l’amener jusqu’à McMasterville », explique-t-il.

M. Jolin-Barrette s’était engagé à implanter des voies réservées sur la 116 et la 20 pour les autobus, les voitures électriques et le covoiturage. Il souhaitait également augmenter la fréquence du train de banlieue sur la ligne Saint-Hilaire.

« Je suis en pourparlers avec le ministère des Transports (MTQ). On est en train d’évaluer comment on fait ça. Tous les projets seront étudiés. Ce qui est important, c’est de travailler à améliorer la fluidité. À la fois sur la 116, la 20 et la 30, souvent, c’est un stationnement à toute heure du jour. Les gens perdent énormément de temps dans leur voiture », observe-t-il.

Le député souhaite aussi trouver une solution pour améliorer la circulation à l’intersection Bernard-Pilon et Yvon-L’Heureux. Il a entamé des pourparlers avec le MTQ pour élaborer une solution qui pourrait prendre la forme d’un rond-point.

M. Jolin-Barrette compte suivre le dossier de reconstruction du viaduc du chemin du Ruisseau nord, au-dessus de l’autoroute 20, qui a été détruit en 2015 à Saint-Mathieu-de-Beloeil. Le MTQ a effectué une analyse du sol cet automne. « Ça fait déjà trois ans qu’il a été démoli. C’est une priorité de rétablir le lien des deux côtés de l’autoroute 20, notamment pour assurer les services d’urgence. »

En plus d’assumer ses fonctions de député, Simon Jolin-Barrette travaille actuellement à élaborer la stratégie parlementaire en tant que leader parlementaire. À la tête du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, il travaille à l’écriture du projet de loi sur la laïcité qui devrait être déposé à l’Assemblée nationale ce printemps.

image