22 septembre 2021
Tout ça pour ça
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

La soirée électorale fédérale était probablement la plus ennuyante depuis des lustres pour les employés de L’ŒIL. Alors que le reste de la population braquait son regard sur les résultats nationaux, notre équipe se concentrait sur les résultats ici, dans la circonscription de Belœil–Chambly.

Publicité
Activer le son

La victoire écrasante du chef Yves-François Blanchet ne surprend personne. Même les candidats défaits savaient dans leur for intérieur que l’élection était une formalité. Une façon de garder contact avec les électeurs et de discuter des enjeux, mais le siège de député n’était jamais à portée pour les autres candidats.

Bien sûr, M. Blanchet devait savoir que le pari était gagné d’avance ici. D’ailleurs, lundi, il ne s’est pas arrêté dans la région pour solidifier son vote. Il était bien plus concentré sur le reste de la province. Pour notre équipe, donc, difficile d’avoir des images ou des commentaires à chaud de notre député, puisque le principal intéressé était à Montréal lors du dévoilement du résultat.

C’est tout à fait normal, ce n’est pas une critique. C’est le lot d’avoir un chef de parti dans sa circonscription. Même si M. Blanchet garde toujours un bon contact avec les gens d’ici, il a une campagne nationale à mener. Et il voulait récolter 40 sièges. Un souhait un peu trop ambitieux finalement; il aura réussi à obtenir 32 sièges, probablement 34 au moment où je vous écris, avec plus de voix que la dernière fois. Et il maintient une balance du pouvoir fragile, parce que personne ne voudra faire tomber le gouvernement et retomber en élection.

Alors donc, comme le chef n’était pas de passage dans le coin cette année, j’ai passé mes élections chez moi, devant l’ordi, avec un verre jamais vraiment vide, et j’ai écouté le discours de mon nouveau député à la télévision. Voilà pour la soirée électorale. De toute façon, je pense qu’à 22 h, à peine les premiers résultats de bureaux de scrutin connus, M. Blanchet était déjà solidement en avance. Pour le suspense, on repassera.

Eh oui, une élection sans grande surprise, ici comme ailleurs. Comme moi, vous aviez sûrement tous autant envie de cette élection qu’un d’un coup de poing en pleine gueule. J’ai écouté notre nouveau député parler de la campagne et j’ai ressenti chacun de ses mots. « Presque au terme de cette soirée on est toujours en pandémie, avec le même gouvernement minoritaire. On a envie de dire : tout ça pour ça. »

Alors, on continuera de regarder l’implication du député dans la circonscription. Pas de très grandes promesses; on continue le travail commencé. « Tout ça pour ça. »

image