17 mai 2018
Toujours fan du Canadien à 105 ans
Par: Denis Bélanger

L’ancien Canadien Réjean Houle est venu souhaiter bonne fête à Angéline Longtin-Chaput. Photo: Gracieuseté

Mme Longtin-Chaput en compagnie de ses arrières petits-enfants. Photo: François Larivière

Une partisane de longue date du Canadien, Angéline Longtin-Chaput de Saint-Basile-le-Grand, revendique tout un exploit: elle a été en vie pour toutes les conquêtes de la Coupe Stanley des Glorieux! Le 9 mai dernier, parents et amis ont célébré son 105e anniversaire à la résidence Villas d’aujourd’hui.

La centenaire est née en 1913 et le Tricolore a remporté la première de ses 24 Coupes au terme de la saison 1915-1916. Pour sa plus récente fête, Mme Longtin-Chaput, a eu droit en matinée à la visite de l’ancien attaquant et directeur-général de la Sainte-Flanelle, Réjean Houle. «Nous avons contacté le Canadien, car le hockey, c’est son divertissement ici et on trouvait que son anniversaire était un événement important. Tout ça est bien tombé que Réjean Houle soit venu, car c’est un de ses joueurs préférés», commente le propriétaire de la résidence, Jean-Pierre Baril. «Je suis bien contente d’avoir eu la visite de M. Houle», a dit pour sa part la fêtée, qui a également reçu en cadeau une carte autographiée de celui que l’on surnomme Peanut.

Angéline Longtin-Chaput écoute ces jours-ci le Canadien principalement à la radio, en raison de la baisse de sa vision. Elle est contente quand son équipe gagne, mais se fâche quand elle perd. Mme Longtin-Chaput va même jusqu’à éteindre sa radio. «Je ne veux plus parler d’eux. Ils ont joué trop mal cette année», a confié la dame à L’Œil Régional.

«Que Mme Chaput fête son 105e anniversaire est un exploit en soi, a souligné M. Baril. Qu’elle le fête en résidence pour aînés en est un autre. Cet exploit témoigne de sa détermination, car rares sont ceux qui ont 105 ans et qui ne sont pas en CHSLD. Évidemment, il a fallu ajuster le niveau de soins pour répondre à ses besoins.»

Jusqu’à l’été dernier, la dame prenait ses marches à l’extérieur, et ce, trois saisons par années pour prendre de l’air et se dégourdir les jambes, disait-elle.

Le maire de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard, et le représentant du député provincial de Chambly Jean-François Roberge ont tenu des discours. La centenaire a reçu aussi trois lettres d’hommages du gouverneur général, du ministre des Aînés et du premier ministre du Québec.

Sa vie
Angéline Longtin-Chaput est née à Saint-Rémi-de-Napierville. Elle est la plus jeune d’une famille de 13 enfants. Lors de son enfance, sa famille a déménagé à Montréal dans le quartier Saint-Henri où son père est devenu propriétaire d’une épicerie. À l’âge de 4 ans, lors du décès de sa mère, Angéline est envoyée au pensionnat chez les sœurs Sainte-Anne avec les sœurs de son père qui étaient religieuses. Selon la fille de Mme Longtin-Chaput, elle a été très gâtée par ses sœurs et ses tantes. Ensuite, la famille a déménagé à Sainte-Scholastique avec son père où il a opéré un hôtel jusqu’à sa mort.

C’est le 23 septembre 1939 à Montréal que Mme Longtin épousa Jean Chaput. De cette union, ils auront leur fille unique, Gabrielle Chaput-Garon. Mme Chaput a deux petits-enfants, Kathery et Patrick, ainsi que six arrières petits-enfants: Mikeal, Jade, Marc-Antoine, Sophia, Noah et Miles.

image