27 janvier 2019
Premier livre pour Isabelle Lafortune
Terminal Grand Nord, un huis clos policier à Schefferville
Par: Olivier Dénommée
Isabelle Lafortune réfléchit à son prochain livre, qui devrait demeurer dans le même univers et qui pourrait voir revenir certains personnages de Terminal Grand Nord. « Je n’ai pas encore fini de leur faire dire des choses », estime l’auteure.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Isabelle Lafortune réfléchit à son prochain livre, qui devrait demeurer dans le même univers et qui pourrait voir revenir certains personnages de Terminal Grand Nord. « Je n’ai pas encore fini de leur faire dire des choses », estime l’auteure. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La couverture de Terminal Grand Nord

La couverture de Terminal Grand Nord

Ce n’est pas la première fois que la Belœilloise Isabelle Lafortune mène à terme un projet artistique qui lui tient à cœur. Quelques années après la sortie d’un album de compositions pop rock, la voilà qui devient auteure, s’apprêtant à publier son premier roman, Terminal Grand Nord, aux éditions XYZ.

Deux filles d’origine autochtone demeurant dans la communauté Maliotenam, près de Sept-Îles, disparaissent et sont retrouvées mortes à Schefferville, à 500 km de là. Pour résoudre cette affaire, l’enquêteur Émile Morin est dépêché sur les lieux. « C’est la trame de fond. C’est une histoire policière que j’avais envie de raconter », explique d’entrée de jeu l’auteure, qui admet aimer ce genre en particulier.
Isabelle Lafortune a consacré plus d’une année à l’écriture de Terminal Grand Nord, consacrant une énergie particulière pour donner vie aux personnages qu’elle dépeint. « Mes personnages ont tous développé leur personnalité et ont tous leur propre quête à travers l’histoire », soutient-elle.

Une fenêtre sur Schefferville
Une autre attention particulière a été apportée pour recréer l’ambiance de Schefferville, minuscule communauté isolée du reste du monde. « J’ai moi-même passé du temps là-bas et j’avais envie d’écrire sur Schefferville, une ville “oppressante”, comme un huis clos où tout le monde se connaît », relate Isabelle Lafortune, qui a été frappée par cette réalité complètement différente de tout ce qu’elle avait connu. « On a l’impression d’être dans un autre monde quand on se trouve à Schefferville et j’avais envie d’en témoigner. J’espère que ça transparaît dans l’écriture et que quelques lecteurs découvriront ce coin à travers la “fenêtre” que j’ouvre sur cet ailleurs-là! »
Dans son écriture, Isabelle Lafortune s’est dotée d’un style très « cinématographique ». Elle ne cache pas s’être laissé inspirer par le film Fiction pulpeuse de Quentin Tarantino pour ce qui est de son écriture non linéaire de l’histoire. « J’aimais l’idée du puzzle. Attention, c’est important de porter attention aux dates et aux lieux! », prévient-elle. Toutefois, cela ne rend pas la lecture de Terminal Grand Nord plus complexe. « C’est un livre qui se lit rapidement et qui contient beaucoup de dialogues. L’action se déroule sur une semaine seulement et c’est une véritable course contre la montre. »

Déjà une adaptation
Le roman n’est pas encore paru, mais une adaptation au cinéma est déjà en route. C’est François Bouvier, qui a notamment réalisé La Bolduc, qui pilote l’adaptation de Terminal Grand Nord au grand écran. Isabelle Lafortune collabore à la scénarisation et constate avec enthousiasme l’avancement du projet. « On a déjà reçu une partie de subventions par Téléfilm Canada, le projet est sur la bonne voie! » L’année 2019 devrait donc tenir Isabelle Lafortune occupée, autant pour la promotion de son livre que son implication dans son adaptation cinématographique.
La soirée de lancement du roman a lieu ce lundi 28 janvier dès 17 h au pub L’Île Noire à Montréal. Terminal Grand Nord devrait ensuite se retrouver en librairie à compter du 31 janvier. L’auteure invite les gens de la région, et particulièrement ceux qui ont besoin d’évasion, à découvrir cette histoire et surtout ces personnages auxquels tous pourront s’identifier.

image