21 septembre 2018
Circonscription de Verchères
Stéphane Bergeron n’a pas oublié la région
Par: Denis Bélanger

Stéphane Bergeron en compagnie de Cédric G.-Ducharme. Photo: Luc Giard

Le député péquiste sortant de la circonscription de Verchères, Stéphane Bergeron, admet avoir maintenu des liens solides avec les résidents des localités rurales de la MRC de la Vallée-du-Richelieu qu’il représentait à l’Assemblée nationale avant le redécoupage électoral de 2011.

En effet, dès l’élection de septembre 2012, M. Bergeron a vu sa circonscription perdre les municipalités de Saint-Antoine, Saint-Marc, Saint-Denis et Saint-Charles-sur-Richelieu, au profit de Borduas. Bien qu’élu au provincial en décembre 2005, l’élu représentait ces quatre municipalités depuis le milieu des années 1990 alors qu’il siégeait aux Chambres des communes comme député du Bloc québécois dans la circonscription fédérale de Verchères-Les Patriotes.

«La séparation a été difficile, a lancé M. Bergeron lors de la tenue d’une journée de travail du caucus des élus du PQ de la Montérégie. Tu ne peux pas représenter ces gens-là pendant autant de temps sans que s’établissent des liens forts et des liens d’amitié avec ces personnes. Je vivais (en 2012) des sentiments partagés. Je retrouvais la population de Sainte-Julie que j’avais jadis perdue, mais je perdais d’autres localités.»

Le candidat souverainiste ajoute qu’il a continué à recevoir des invitations d’organisations et de gens qu’il ne représentait plus après le scrutin de 2012. «Je disais à ces gens-là, si je suis disponible, je vais y aller. J’ai donc continué à participer à des activités. Les gens pensent qu’on fait des activités uniquement pour gagner des votes. J’allais notamment à la fête du Vieux-Marché de Saint-Denis, car j’étais certain d’y retrouver des amis.»

Parrainage, neutralité et soutien
Au terme des dernières élections de 2014, quand est venu le temps pour les députés du PQ de la Montérégie de se séparer les circonscriptions non représentées par les péquistes à parrainer, Stéphane Bergeron estimait qu’il allait de soi de prendre Borduas sous son aile.

Stéphane Bergeron a été d’ailleurs l’une des premières personnes à être sollicitées par l’actuel candidat péquiste dans Borduas, Cédric Gagnon-Ducharme. Ce dernier avait parlé de ses intentions au député à l’occasion de la fête du Vieux-Marché. «J’ai appris beaucoup en discutant avec M. Bergeron», a indiqué M. G.-Ducharme.

M. Bergeron a toutefois pris ses distances au moment de la course à l’investiture du parti dans Borduas et n’a pas donné d’appui officiel. Rappelons que l’ancien député de Borduas Jean-Pierre Charbonneau et la députée sortante de Marie-Victorin, Catherine Fournier, avaient publiquement soutenu la candidature de l’adversaire de Cédric Gagnon-Ducharme à l’investiture.

«Je suis demeuré neutre. C’est aux membres de choisir, s’est expliqué celui qui sollicite un sixième mandat à Québec. Maintenant, j’apporte tout le support que je peux à Cédric, c’est un dynamique et jeune qui représente l’avenir.»

Stéphane Bergeron était d’ailleurs présent au lancement de campagne officiel de Cédric Gagnon-Ducharme.

image