1 novembre 2016
Son fils vit dans les pages d’un livre pour enfant
Par: Denis Bélanger
Mario Bergeron tenant fièrement son livre. À l’arrière, on peut voir une peinture fictive représentant les deux filles de M. Bergeron tenant leur petit frère Ulysse.

Mario Bergeron tenant fièrement son livre. À l’arrière, on peut voir une peinture fictive représentant les deux filles de M. Bergeron tenant leur petit frère Ulysse.

Ulysse.

Ulysse.

Mario Bergeron a trouvé une façon hors du commun pour vivre le deuil de son petit garçon. Le résident d’Otterburn Park le fait revivre dans les pages d’une nouvelle série de livres pour enfants Ulysse et Pénélope.

Né le 24 avril 2010 (le même jour que la première fille de M. Bergeron, Juliette alors âgée de trois ans), le petit Ulysse est décédé après 21 heures de vie. Il souffrait d’une malformation, soit une hernie au diaphragme droit. Le couple avait appris peu de temps avant Noël «qu’il avait quelque chose». Mario Bergeron et sa conjointe ont décidé d’y donner sa chance. Les médecins laissaient entendre que le bébé avait des chances d’avoir une bonne qualité de vie.

«C’est lui qui a décidé de partir. Nous n’avons aucun sentiment de culpabilité, on a été jusqu’au bout de l’histoire, souligne le père de famille. Au départ, notre garçon ne devait pas s’appeler Ulysse. C’est le nom de mon grand-père, mais ma conjointe n’aimait pas ça. Ulysse était un grand voyageur qui a été parti des années avant de trouver sa femme Pénélope. C’était un bon nom, car il avait quelque chose de gros à traverser (la première année de sa vie).»

En 2013, M. Bergeron commence à plancher sérieusement sur son projet de livre. Il a terminé cette année le premier volume Ulysse et Pénélope au zoo. Le second, une histoire de Noël, est en voie de se finaliser et un troisième, axé sur la thématique de l’Halloween, est déjà en préparation.

C’est quelques mois après le décès de son fils que Mario Bergeron a réalisé, grâce à des collègues et amis,  qu’il pouvait mettre à profit ses talents de dessinateur, talents abandonnés il y a quelques années.

Dans le livre pour enfants, il n’était pas question de séparer le couple mythique d’Ulysse et Pénélope. Dans l’œuvre de M. Bergeron, Pénélope est un chat. Ce personnage est inspiré du chat de sa conjointe, Fifille, qui a vécu 22 ans.

Affronter la perte

Mario Bergeron, concepteur graphique de métier, ne cherche pas à faire fortune avec son livre. Au départ, il pensait n’en faire qu’une seule copie destinée à ses deux filles. Mais en tâtant le pouls, il a senti un grand intérêt pour son idée. Ça n’a pas été facile, car il a dû fonder sa propre maison d’édition et gérer la distribution.

Il ne regrette pas les nombreuses heures consacrées. Bien que l’œuvre ne traite pas du deuil, M. Bergeron a tout de même dû raconter son histoire lors du processus de financement de son projet. Un témoignage qui aura fait du bien à d’autres personnes endeuillées. «Quand j’en parlais, je me rendais compte que beaucoup de gens à qui c’était arrivé n’en parlaient pas», renchérit l’homme de 48 ans.

Les semaines après le décès ont été éprouvantes pour le couple, qui a persévéré malgré tout. Mario Bergeron a su aussi trouver la force pour ne pas oublier les besoins de sa fille aînée. Quelque temps après leur perte, le couple apprenait la venue d’un autre enfant, la petite Rose.

«Nous avons été en thérapie. C’est bien beau que votre deuil soit réglé; ça se peut que ça revienne. Mon gars aurait eu six ans cette année. Je vois des fois des petits gars dans la rue. Je trouve ça plate, car je ne pourrai jamais jouer au baseball avec mon gars ou aller au cinéma pour voir des films de monstres ou de science-fiction. J’ai deux belles filles, je ne m’imagine pas la vie sans elles. Mais des fois, ça me dérange. Ça va être comme ça toute ma vie. Il faut que j’apprenne à vivre avec ça. »

Pour plus d’info: www.ulysseetpenelope.com

image