15 avril 2015
Secouriste jusque dans les Caraïbes
Par: L'Oeil Régional
Patrick Jubinville a été honoré par sa municipalité, Saint-Jean-Baptiste, la semaine dernière.

Patrick Jubinville a été honoré par sa municipalité, Saint-Jean-Baptiste, la semaine dernière.

Patrick Jubinville risque de se rappeler longtemps des vacances de cet hiver au Mexique, particulièrement de cet homme qu’il a ramené à la vie sur les rives de la plage d’un complexe hôtelier de Cozumel.

Alors qu’il se baignait avec sa famille, M. Jubinville est alerté par les cris d’une femme âgée en détresse. Son mari venait de se noyer sous ses yeux. «Son tuba s’est rempli d’eau et en voulant respirer parce qu’il était épuisé, il a fait un arrêt cardiaque», raconte M. Jubinville

Le résident de Saint-Jean-Baptiste court jusqu’à l’autre bout de la plage pour venir en aide à la victime, mais lorsqu’il le ramène sur le rivage, le visage de l’homme est déjà bleuté. Avec l’aide de sa sœur, aussi première répondante, Patrick Jubinville parvient à contrôler la foule et à réanimer l’homme grâce à un massage cardiaque, environ deux minutes après que son cœur ait cessé de battre. «Quand il a craché l’eau, c’est une sensation où tu te cris victoire», raconte M. Jubinville.

Héroïque

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau a d’ailleurs assisté au sauvetage. L’élu, qui ne connaissait pas le secouriste, n’hésite pas un instant à qualifier l’action d’héroïque.

«Si Patrick n’avait pas été là, cet homme-là risquerait de ne plus être en vie. À moins que quelqu’un d’autre ait pu faire la même chose, mais à voir les gens alentour, je n’en suis pas convaincu», raconte-t-il.

Secouriste depuis 20 ans, c’était la première fois que Patrick Jubinville a dû ramener quelqu’un d’entre les morts. «Il y a des gens qui criaient de laisser faire, mais on ne laisse jamais faire. Je savais que j’étais capable de le ramener. Je ne suis pas un gars qui abandonne facilement.»

Malgré l’urgence de la situation, le secouriste soutient que c’est avant tout son instinct qui a pris le dessus à un tel point qu’il dit avoir même pris connaissance de certaines des manœuvres qu’il a effectuées le lendemain, lorsque des vacanciers lui ont montré une vidéo de son intervention.

«Il était d’un calme. L’homme était décédé. Ça m’a drôlement impressionné et ça m’a démontré l’importance de suivre ce genre de cours», se souvient pour sa part Yves Corriveau.

Comble du hasard, deux jours plus tard, la route de Patrick Jubinville recroise celle de l’homme qu’il a sauvé quand ils vont faire une excursion en bateau. L’homme se présente sur le quai avec sa femme, sa fille et ses petits-enfants. «C’est là que j’ai compris l’ampleur de mon geste. J’étais très content de me dire que ses petits-enfants pourront ramener leur grand-père à la maison.»

Honoré

De retour chez-lui, la municipalité de Saint-Jean-Baptiste a tenu à honorer le geste de son citoyen, à la suggestion du maire Corriveau, qui croit en l’importance de souligner le travail de ces «modèles pour la population».

D’ailleurs, le principal intéressé n’était pas au courant qu’il se rendait à l’hôtel de ville pour avoir sauvé une vie. Le maire Corriveau soutient d’ailleurs que le secouriste n’est pas du tout du genre à rechercher la reconnaissance d’autrui. «Tout le monde le félicitait et pour lui, c’était tout à fait normal.»

image