25 avril 2018
Patinage libre extérieur
Saison encore écourtée par Dame nature
Par: Denis Bélanger

L’anneau de glace près de l’école Polybel n’a pas été ouvert cette saison. Photo: Archives

Plusieurs ont l’impression que l’hiver est interminable, mais la saison des patinoires extérieures est malheureusement terminée depuis février pour trois des villes de la Vallée-du-Richelieu.

À Belœil, les patinoires extérieures ne sont plus praticables depuis le 18 février, celles de Mont-Saint-Hilaire, depuis le 19, et celles d’Otterburn Park, depuis le 22.
La municipalité d’Otterburn Park tenait aussi à souligner un triste record d’ouverture hâtive de l’une des surfaces glacées, soit la patinoire du parc Duncan-Campbell. McMasterville se distingue du lot alors que la patinoire recouverte d’un toit de bois au parc Ensoleillé a été ouverte jusqu’au 21 mars.

Bien que la patinoire mcmastervilloise ait été ouverte la plus longtemps, ce sont les patineurs d’Otterburn Park qui ont bénéficié de plus de jours d’utilisation, soit 56 jours pour le Centre Edmond-Auclair et 53 pour le parc Duncan-Campbell. Ce sommet dans la région est une amélioration comparativement à l’année dernière où aucune surface gelée ne dépassait le cap des 50 jours. C’est tout de même une diminution si l’on compare avec la saison 2014-2015, où une municipalité avait pu profiter de sa patinoire pendant plus de 70 jours.

Pour la saison 2017-2018, la patinoire de McMasterville a été ouverte 45 jours. À Belœil, ce sont les installations du parc Victor-Brillon qui ont été utilisées le plus longtemps, soit 43 jours. À Mont-Saint-Hilaire, qui n’avait que des données précises pour trois patinoires, aucune d’entre elles n’a dépassé le cap des 40 jours. C’est la patinoire du parc Michel qui remporte le titre de longévité dans cette municipalité avec 37 jours d’ouverture.

Encore une fois, les caprices de Dame Nature sont à l’origine des saisons de patinage écourtées. «Les conditions climatiques n’ont pas été favorables cet hiver, avec de nombreuses périodes de redoux et de précipitations, explique la porte-parole à la Ville de Belœil, Caroline Nguyen Minh. Nous avons donc concentré nos efforts à maintenir ouverts les lieux les plus fréquentés selon les statistiques des dernières années, au détriment des autres moins fréquentés qui n’ont pas été accessibles.»

Les citoyens de Belœil ont eu d’ailleurs accès seulement à cinq surfaces gelées au lieu de huit comme la saison précédente. La patinoire à bandes et l’anneau du parc Lorne-Worsley ainsi que l’aire de glace du parc des Trente ont été fermés durant toute la saison.

Enfin une patinoire réfrigérée
Le portrait des statistiques risque d’être fort différent la saison prochaine, surtout à McMasterville, où sera mise en service dès l’automne la patinoire réfrigérée au parc Ensoleillé. Rappelons qu’une subvention gouvernementale avait été confirmée à la fin juin 2017 et que les travaux ont commencé à l’automne. Les travaux devraient se poursuivre jusqu’en juin alors qu’il reste à compléter la construction du bâtiment accessoire, la mise en place de l’unité de réfrigération ainsi que l’aménagement du terrain.

image