26 mai 2016
Roman Hamrlik découvre une passion pour l’enseignement
Par: Denis Bélanger
Roman Harmlik a joué avec le Canadien de Montréal de 2007 à 2011.

Roman Harmlik a joué avec le Canadien de Montréal de 2007 à 2011.

L’ancien défenseur du Canadien de Montréal, Roman Hamrlik, partagera ses connaissances aux plus jeunes cet été au Complexe sportif Sportscene de Mont-Saint-Hilaire à l’occasion de la première édition de son camp de hockey.

Le joueur natif de la République tchèque a pris sa retraite en 2013. Après un long parcours de 20 ans, il a eu besoin de prendre un repos du hockey. Mais maintenant, il est prêt à investir son temps pour la relève. Il suit ainsi un peu les traces de son frère, entraîneur de hockey en République tchèque.

«J’ai parlé à ma copine et je lui ai dit que j’aimerais enseigner. Quand j’étais un gamin, j’étais entouré de bonnes personnes et j’ai appris d’elles, ajoute Roman qui demeure maintenant avec sa petite famille à Carignan. J’ai une expérience qui ne s’achète pas et la seule façon de redonner est d’aller sur la patinoire et le montrer aux jeunes.»

«Hammer» tiendra son camp à Mont-Saint-Hilaire du 4 au 8 juillet ainsi que 11 au 15. «Ça n’a pas été facile de trouver l’endroit idéal. Je cherchais que quelque chose aussi pour les activités hors glace. Ici, c’est idéal avec les terrains de tennis ainsi que les terrains de soccer pas trop loin à l’extérieur.»  

Hamrlik prendra évidemment sous son aile les défenseurs. Son bon ami et compatriote Petr Klima s’occupera des attaquants. Un vétéran de 13 années dans la Ligue nationale de hockey (NHL), Klima a joué avec Roman à Tampa Bay, dans l’uniforme du Lightning. «Nous sommes devenus de bons amis et avons gardé contact. Peter a des jumeaux et leur a enseigné le hockey. Il a même entraîné une équipe à Détroit.»

Outre les trucs reliés au hockey, Roman Hamrlik entend partager un conseil bien important. «Si les jeunes ont des rêves, ils doivent y aller à fond et travailler. S’ils travaillent et ils y croient, ils pourront y parvenir. Cela ne s’applique pas qu’au hockey, mais dans tous les domaines de la vie.»

 Faire sa vie au Québec
  Il y a une quinzaine d’années, les plans de retraite de Roman Hamrlik l’auraient peut-être ramené dans son pays d’origine.  «Le destin», pour reprendre ses mots, a voulu qu’il rencontre une Québécoise. Il ne regrette pas son choix, car il adore la région de Montréal.

«Quand je jouais avec le Canadien, je demeurais dans le centre-ville. Je me suis installé  depuis sur la Rive-Sud, car je suis plus un gars de plein air. J’ai besoin de plus d’arbres et de vert», ajoute l’ancien hockeyeur qui sera bientôt papa pour une deuxième fois.
Rens.: http://www.hammerhockeycamp.com/

image