23 août 2016
Richard Henry Bain coupable de meurtre non prémédité
Par: L'Oeil Régional
Richard Henry Bain

Richard Henry Bain

VERDICT. Richard Henry Bain a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de Denis Blanchette perpétré lors de son attaque au Métropolis de Montréal, le soir de l’élection du 4 septembre 2012.

Le verdict est tombé au palais de justice de Montréal mardi, après 11 jours de délibérations du jury. L’accusé a aussi été reconnu coupable de tentative de meurtre sur trois personnes. Il écope ainsi d’une peine de prison à vie, avec entre 10 et 25 ans d’incarcération avant une possibilité de libération conditionnelle.

L’avocat de la défense, Alan Guttman, n’est pas satisfait du verdict, mais content que les jurés aient déclaré Bain non coupable du chef de meurtre au premier degré. «J’aurais aimé avoir la non-responsabilité, a-t-il soutenu mardi. Je ne qualifierais pas le verdict de victoire, mais pas de défaite non plus.»

La défense plaidait la non-responsabilité criminelle, car selon la psychiatre de la Défense, M. Bain était dans une crise psychotique le soir où il est arrivé lourdement armé au Métropolis et a tué Denis Blanchette, en plus de blesser Dave Courage, tous deux techniciens de scène, avant que son arme ne s’enraye.

«Après Turcotte et Magnotta, c’est très difficile d’obtenir un verdict de non-responsabilité criminelle, a dit Me Guttman. Quelqu’un a été tué, et le peuple ne veut pas laisser des gens se sauver sans conséquence.»

La Couronne plaidait pour sa part que Richard Henry Bain était lucide et que ses actes reflétaient ses opinions politiques. L’accusé avait mentionné après les événements vouloir «tuer le plus de séparatistes possible» et avoir voulu abattre Pauline Marois, qui venait de remporter les élections provinciales à la tête du Parti québécois.

Les jurés – sept femmes et cinq hommes – devaient se prononcer sur quatre chefs d’accusation: ceux de tentative de meurtre et celui du meurtre prémédité de Denis Blanchette. Ceux-ci devaient parvenir à une décision unanime et si la non-responsabilité criminelle était retenue, celle-ci devait s’appliquer à l’ensemble des accusations.

«Le jury a pris ses fonctions très au sérieux et a travaillé fort, a souligné le procureur de la Couronne, Dennis Galiatsatos. Je suis satisfait du résultat final.»

Le coupable connaîtra sa sentence exacte le 6 septembre. «Une peine de 25 ans, à son âge, c’est une peine de mort, a mentionné Me Guttman. Je vais demander 10 ans. Il a fait quatre ans déjà et pourrait donc sortir de prison vivant.»

De son côté, Me Galiatsatos n’a pas voulu dévoiler ce qu’il plaidera. «La position va refléter que le 4 septembre 2012, M. Bain s’est attaqué à des techniciens de scène, à des citoyens, à des policiers, mais il s’est aussi attaqué à la démocratie.»

L’avocat de la défense n’a pas indiqué s’il allait faire appel. «Je vais discuter avec M. Bain», a-t-il dit.

image