22 décembre 2015
Revue de l’année en boxe
Par: Denis Bélanger
Bon ou mauvais perdant?

Bon ou mauvais perdant?

Premier de deux textes rétrospectifs. Cette semaine, je parle uniquement de boxe québécoise. Voici mes prix pour l’année 2015.

Déception de l’année

La performance de Bermane Stiverne contre Deontay Wilder en janvier. Je m’attendais à plus de Stiverne pour sa première défense de son titre WBC des poids lourds. Il a été dominé outrageusement par Wilder. Stiverne peut toutefois se vanter d’être le seul boxeur, jusqu’à ce jour, à avoir amené Wilder à la limite. Le deuxième prix de cette catégorie revient à Adonis Stevenson qui n’a pas affronté de grosses pointures cette année.

 

Surprise de l’année

Non, ce n’est pas la performance de Lucian Bute. J’avais un pressentiment qu’il donnerait du fil à retordre à James DeGale. Non, cette mention revient à Kevin Bizier qui a battu Fredrick Lawson, avant la limite, pour devenir aspirant obligatoire au titre IBF des mi-moyens. Une victoire bien méritée pour Bizier qui aura toutefois tout un contrat avec le champion Kell Brook qui a déculotté cette année Jo Jo Dan.

 

 Performance de l’année

La victoire de David Lemieux par décision unanime contre Hassan N’Dam N’Jikam, lui permettant de mettre la main sur le titre IBF des poids moyens. J’ai été impressionné par Lemieux, ainsi que par la résistance de N’Dam. Le deuxième prix revient à Artur Beterbiev qui a signé un K.-O. contre l’ancien champion du monde, Gabriel Campillo. Et je donne un troisième prix à Bizier pour sa victoire sur Lawson.

 

 Gala de l’année

 Le gala Lemieux-N’Dam remportait la palme jusqu’à ce que j’assiste au gala Bute-DeGale. En plus d’une finale enlevante, nous avons eu droit à une demi-finale chaudement disputée entre Eleider Alvarez et Isaac Chilemba, des K.-O. divertissants et une défaite surprise d’Amir Imam.

 

 Coup de cœur

 Lucian Bute pour sa performance contre James DeGale.

 

 Combat de l’année

  Jean Pascal et Kovalev nous donné tout un combat en mars qui m’a littéralement fait lever de mon fauteuil. Hassan N’Dam et David Lemieux ont aussi livré un combat spectaculaire, même si nous savions qui serait le gagnant avant que l’annonceur dévoile les pointages des juges. Mais le prix du combat de l’année revient au duel ayant opposé Lucian Bute à James DeGale pour le titre IBF des super-moyens. À la fin du dernier engagement, j’avais un réel espoir que Bute puisse peut-être l’emporter.

 

 Boxeur de l’année

 Compliqué de déterminer un vrai vainqueur. Je ne peux pas donner le titre à un boxeur qui a subi la défaite. Lucian Bute, Bermane Stiverne, Jo Jo Dan, Jean Pascal, Dierry Jean et David  Lemieux ont tous perdu un combat. Si Lemieux avait fait la limite contre Golovkin, peut-être que je lui aurais donné le titre. Ça ne nous laisse que 4 boxeurs invaincus en 2015. Oui, Bizier a livré une belle performance contre Lawson, mais sa victoire d’avril était moins spectaculaire. Artur Beterbiev a enregistré seulement deux victoires cette année, dont une contre Alexander Johnson, qui n’appartient pas à une catégorie A. Adonis Stevenson a battu Tommy Karpency, un boxeur pas de taille, et Sakio Bika, un bon boxeur, qui n’a toutefois jamais été capable de monter à un échelon supérieur. De plus, Stevenson n’a pu arrêter Bika avant la limite, ce qui m’avait déçu. Le vainqueur, par défaut, est Eleider Alvarez qui a signé trois victoires, soit une pour devenir aspirant obligatoire à Adonis, une autre contre un boxeur invaincu et une autre par K.O. contre un boxeur qui avait été impliqué dans un combat éliminatoire en 2014. Un animateur de radio n’était pas d’accord avec mon choix. «Si Eleider Alvarez est le boxeur de l’année, bien la boxe au Québec est malade», me disait-il. Bien que nous ayons eu beaucoup de combats d’importance en 2015, la fiche des boxeurs québécois en championnat du monde est quand même de trois victoires et six défaites. Joyeuses Fêtes et bonne année 2016.

image