28 décembre 2016
Rétrospective 2016: la zone A-16
Par: Denis Bélanger

Du 24 décembre au 2 janvier, L’Œil Régional vous présente les événements qui ont marqué l’actualité de la Vallée-du-Richelieu en 2016.

Le développement résidentiel sur les terrains  vacants de la zone A-16  sur le chemin de la Montagne a fait couler beaucoup d’encre dans le cadre du processus de conception du plan d’aménagement durable. Les citoyens craignent que la qualité de vie soit réduite avec la venue de nouvelles constructions.  Le sujet continuera de faire la manchette en 2017.

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, s’était  d’abord engagé seulement à s’assurer  que la densité du développement soit inférieure à 21 unités par hectare. Le conseil municipal a décidé d’étudier la faisabilité de n’avoir aucun développement sur les terrains pour ainsi les acquérir aux fins de conservation. À la séance du conseil municipal de novembre, plusieurs citoyens ont demandé « zéro développement résidentiel» sur cette zone.

La Ville va ainsi commander des avis juridiques et techniques pour connaître le coût de cette  décision et déterminer s’il est possible d’empêcher qu’un futur conseil municipal revienne sur cette décision. La municipalité veut aussi savoir si l’exigence de densité serait éliminée avec une acquisition ou si elle serait obligée de transférer les unités ailleurs sur le territoire.

Deux scénarios étudiés en même temps

L’étude de faisabilité de l’acquisition se fera en même temps que les premières étapes menant à l’adoption éventuelle d’un plan particulier d’urbanisme (PPU).  Rappelons que la Ville a obtenu l’assurance qu’elle pouvait déposer son plan d’urbanisme durable (PUD) sans définir la densité pour la zone A-16, puisqu’on y maintenait un usage agricole. Le premier projet de règlement du PUD devrait être déposé en janvier.

Mais avant que la municipalité travaille de concert avec les citoyens sur l’élaboration du PPU, elle commandera aussi des études pour déterminer entre autres les exceptions environnementales et patrimoniales qui permettront de réduire au plus bas possible la densité. La densité établie au terme de ce processus permettra aussi de mieux évaluer les coûts liés à l’acquisition de la zone par la ville.

Un comité de suivi « zone A-16» composé de citoyens donnera ses recommandations sur les études reliées à l’acquisition ainsi que sur les démarches associées au PPU. Sa composition devrait être dévoilée le 9 janvier. Le comité devrait rendre son rapport au courant de l’été 2017.

image