15 novembre 2018
Résonances boréales le 17 novembre à Belœil
Retour au bercail pour le pianiste Roman Zavada
Par: Olivier Dénommée
Le pianiste Roman Zavada est un excellent improvisateur et aime se laisser emporter par l’énergie de son public. Photo: François Larivière

Le pianiste Roman Zavada est un excellent improvisateur et aime se laisser emporter par l’énergie de son public. Photo: François Larivière

Très occupé depuis deux ans avec le spectacle lié à son dernier album, Résonances boréales, Roman Zavada, originaire de Belœil, revient en ville pour la fin de sa tournée. Seul derrière son piano et accompagné de magnifiques images d’aurores boréales, il invite la population à se laisser emporter dans son univers le 17 novembre au Centre culturel de Belœil.

À l’origine, la parution de son album coïncidait avec la conception d’un spectacle à la Société des arts technologiques à Montréal, proposant une immersion visuelle à 360°, qui a connu un beau succès auprès du public, jouant à 25 reprises à guichets fermés. «C’était un visuel imposant qui prenait beaucoup de place, mais je l’ai repris et adapté pour une salle conventionnelle. On parle d’une vidéo panoramique de 40 pieds de large!», relate-t-il en entrevue.
Malgré son côté inspirant (la musique de ce projet a été composée dans le Grand Nord canadien devant ces fameuses aurores), le visuel occupe une importance plus secondaire dans ce spectacle «conventionnel». «C’est important d’apprendre aussi à connaître l’artiste derrière le projet, explique Roman Zavada. Je prends plus le temps de raconter le projet et de décrire qui je suis. Les gens ne me connaissent généralement pas en arrivant, mais ressortent conquis!» Le pianiste a même convaincu des spectateurs qui ne sont pas friands de piano. «Comme je fais souvent des petites salles, ça rend le plus encore plus intime. Je laisse entrer les gens dans ma bulle et j’improvise beaucoup selon le public que j’ai devant moi.»

Nouvelles pièces
Ceux qui ont écouté et apprécié l’opus Résonances boréales, paru en 2016, seront heureux de savoir que l’interprétation en spectacle est encore plus immersive que sur album. «C’est une musique très émotive que je propose. En show, pas le choix d’écouter, c’est vraiment une expérience immersive pour tous les sens!» Le pianiste se permettra aussi le 17 novembre d’ajouter quelques nouvelles pièces… qui ne sont pas tout à fait nouvelles. «Je vais tester quelques pièces qui se retrouveront sur mon prochain album, qui contiendra de vieilles compositions que personne ne connaît!», lance celui qui a publié deux albums autoproduits en 2002 et 2007 avant de gagner davantage de visibilité avec Résonances boréales. Roman Zavada puise jusqu’à ses toutes premières idées de compositions enregistrées alors qu’il n’avait que 4 ans. «Le concept serait de montrer mon évolution comme musicien et peut-être de faire quelques clins d’œil à de vieilles pièces.» Il espère lancer du nouveau matériel l’automne prochain.
À l’approche d’une pause de spectacles bien méritée (mis à part une petite tournée aux États-Unis et en Europe où on s’intéresse aussi à son concept à 360°), Roman Zavada passera davantage de temps chez lui à réfléchir à ses prochains projets. «Quand j’ai participé au projet de Résonances boréales, j’avais envie d’être ailleurs… Maintenant, j’ai vraiment envie de rester chez moi!» Ce sera donc la dernière chance avant longtemps d’assister à ce spectacle intime et intense à la fois avec Roman Zavada. Il sera sur la scène du Centre culturel de Belœil ce samedi 17 novembre à 20h. Il est possible de se procurer des billets au diffusionscoulisse.ca.

image