15 avril 2016
Qu’est-il vraiment arrivé à Francis Albert-Cloutier?
Par: Denis Bélanger
À un certain moment, la famille de Francis Albert-Cloutier faisait circuler ce camion pour stimuler la collecte d'information.

À un certain moment, la famille de Francis Albert-Cloutier faisait circuler ce camion pour stimuler la collecte d'information.

Photo de Francis Albert-Cloutier.

Photo de Francis Albert-Cloutier.

Autre photo de Francis Albert-Cloutier.

Autre photo de Francis Albert-Cloutier.

Plusieurs éléments recueillis par la Sûreté du Québec portent à croire que Francis Albert-Cloutier aurait été victime d’un crime. Depuis 2015, l’enquête est d’ailleurs entre les mains de la division des crimes non résolus, communément appelés cold cases.

Quelque temps après la disparition, la mère du disparu, Patricia Albert avait confié que Francis se comportait de façon inhabituelle, dormant notamment à l’arrière de sa voiture. Après avoir obtenu certains renseignements des gens de l’entourage de son fils, elle en était venue à la conclusion qu’il se sentait menacé.

Dans les jours qui ont suivi le 15 avril 2006, des rumeurs de problèmes de consommation de drogue concernant Francis avaient commencé à circuler. Des informations que refuse toujours de croire à ce jour Patricia Albert. En 2010, la SQ avait révélé que des témoins «s’entendaient pour dire que Francis était possiblement relié à un réseau de stupéfiants», une des hypothèses toujours envisagées. Ces révélations avaient été faites dans le cadre de l’émission Nos Enfants Disparus, réalisée par Avis de Recherche TV.  

Un autre intervenant, dans le documentaire de 2010, avait rapporté que des «comportements inhabituels» avaient été observés chez certaines personnes lors des recherches.

Peu d’indices

Il y a encore des éléments qui ne peuvent être révélés pour ne pas nuire à l’enquête. Un indice a été trouvé lors des recherches. On avait décelé des traces de pas, «de grandes enjambées comme si quelqu’un avait couru dans le sentier de VTT où avait été trouvé le véhicule du jeune homme». La SQ refuse de dire aujourd’hui si Francis Albert-Cloutier était l’auteur de ces traces.

 

Nous savons que certains effets personnels avaient été trouvés dans le véhicule. Mais son portefeuille et sa carte de guichet manquaient à l’appel. Dans les jours précédents sa disparition, le jeune homme n’avait effectué qu’un retrait de 30$ de son compte bancaire. Selon sa mère, il portait aussi plusieurs bijoux le 15 avril, dont une bague en or surmontée de la pierre de naissance du mois de décembre, une autre bague en or ornée d’un saphir et de trois diamants, une chaîne en argent et une montre.

 

En 2006, on avait aussi fait état d’une altercation survenue quelques jours avant sa disparition. Francis Albert-Cloutier s’était bagarré avec un jeune à son école pour une dette d’environ 2$.

 

Efforts des policiers

La SQ avait mobilisé plusieurs ressources pour retrouver le jeune homme. L’hélicoptère avait été utilisé et des plongeurs avaient fouillé plusieurs étangs. Des agents avaient de leur côté fouillé l’ordinateur de Francis Albert-Cloutier dans le but de trouver des indices.

 

En janvier 2007, le bureau régional des enquêtes de la Montérégie de la SQ avait remis le dossier à la division des crimes contre la personne, qui avaient d’ailleurs tenu un poste de commandement dans le village de Saint-Marc-sur-Richelieu. La SQ a continué au fil des ans à recevoir des informations dans ce dossier. La dernière info remonte en août 2015, qui avait entrainé deux jours de recherches, sans toutefois rien donner. La SQ refuse d’identifier l’endroit, car l’enquête pourrait ramener les policiers dans le secteur.

 

Bien que l’enquête soit à la section des cold cases, la SQ ne qualifie toutefois pas encore l’affaire  comme un meurtre. «Les crimes  non résolus incluent les homicides, les enlèvements et les disparitions», mentionne la porte-parole de la SQ, Martine Asselin.

 

Selon Mme Asselin, le transfert du dossier permettra à de nouveaux enquêteurs de regarder le même dossier sous un angle nouveau. Les agents de cette division procèdent notamment à de grandes séances de remue-méninges pour travailler une affaire. «Le transfert s’explique aussi au niveau des délais. C’est une histoire qui remonte à plusieurs années.»

Cliquez ici pour visionner l’émission Nos Enfants Disparus portant sur Francis Albert-Cloutier, réalisée par Avis de Recherche TV en 2010.  

À lire également : Francis Albert-Cloutier disparu depuis dix ans

image