29 août 2018
La Buvette théâtrale
Quatre pièces aux Brasseurs du moulin
Par: Olivier Dénommée
Frédérique Simard, Laurence Boileau, Frédéric Goulet, Ariane Coddens et Annabelle Payant, tous diplômés du Cégep de Saint-Hyacinthe, travaillent depuis des mois sur le concept de la Buvette théâtrale. Photo: Gracieuseté

Frédérique Simard, Laurence Boileau, Frédéric Goulet, Ariane Coddens et Annabelle Payant, tous diplômés du Cégep de Saint-Hyacinthe, travaillent depuis des mois sur le concept de la Buvette théâtrale. Photo: Gracieuseté

À leur sortie du Cégep de Saint-Hyacinthe en théâtre, les jeunes acteurs Ariane Coddens, Laurence Boileau, Frédéric Goulet et Annabelle Payant et la productrice Frédérique Simard ont joint leurs forces pour fonder la troupe Théâtre A.L.F.A. Après une expérience concluante au festival Fringe, le groupe œuvre à rendre le théâtre accessible pour le plus grand nombre, lançant l’ambitieux projet d’une «Buvette théâtrale» dans trois villes, dont Belœil, aux Brasseurs du moulin. Quatre créations originales y seront proposées en septembre.

«Ce projet nous permet de décloisonner le théâtre et d’en faire partout», affirme Ariane Coddens, soulignant l’absence de cette forme d’art dans le bar belœillois comme un beau défi que se donne son groupe. «On voulait se surprendre nous-mêmes et surprendre le public en même temps, ajoute-t-elle. Il faut arrêter d’avoir peur du théâtre!» L’idée est de créer des «rendez-vous» chaque semaine et de montrer même aux spectateurs les plus réticents que le théâtre peut être accessible. Les pièces dureront d’ailleurs une trentaine de minutes seulement et le coût des représentations est particulièrement accessible: 15$, incluant une consommation.
Famille et relations interpersonnelles
De plus, les quatre pièces sont toutes des créations originales, commandées par la troupe pour l’occasion. «Dans les quatre pièces, le thème de la famille est récurrent, ainsi que celui des relations interpersonnelles, mais c’est impressionnant de constater que cela donne des univers très différents», poursuit Ariane Coddens.
Les propositions sont Comment réussir sa soirée de Gabrielle Chapdelaine – une œuvre déjantée et contemporaine, prévient-on –, Le bateau de Katerine Thériault – l’auteure mélange l’intime et le tragique dans ses pièces –, Un beau matin de Louis-Dominique Lavigne – ce professeur du Cégep de Saint-Hyacinthe s’inspire de l’absurde de Ionesco et de Beckett – et Waskaganish de Frédéric Goulet – inspirée de la toute première création du Théâtre A.L.F.A. – et seront présentées à Belœil les mercredis 5, 12, 19 et 26 septembre respectivement. Deux autres représentations sont prévues les mardis et jeudis, à Saint-Hyacinthe et à Dunham. «Ce sont des pièces éclatées, mais accessibles. Les gens qui s’avouent frileux face au théâtre sont souvent plus game qu’ils le pensent», lance la jeune comédienne.

Béatrice Picard y sera
Le projet est jeune, mais il était assez solide pour convaincre le réalisateur et metteur en scène Régent Bourque de devenir mentor et parrain de cette aventure, et pour attirer une comédienne de la pointure de Béatrice Picard, qui jouera dans Un beau matin. Celle-ci, en entrevue avec Le Journal de Québec au début du mois, affirmait que c’était une nouvelle expérience pour elle et qu’elle adorait toujours travailler avec des jeunes.
L’initiative a aussi convaincu la Ville de Belœil de donner 3000 $ de son fonds culturel pour la réalisation du projet et le sociofinancement a permis d’amasser plus de 4200 $.

image