6 octobre 2017
Quatre maires élus par acclamation
Par: L'Oeil Régional

Ginette Thibault, Saint-Denis-sur-Richelieu. Photo:Facebook

Marc Lavigne, Saint-Charles-sur-Richelieu photo:Archives

Martin Dulac, McMasterville. Photo: Gracieuseté

Marilyn Nadeau avec les conseillers élus par acclamation. photo:Facebook

Les maires de McMasterville, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Charles-sur-Richelieu et Saint-Denis-sur-Richelieu ont été élus au terme de la période de mise en candidature aux élections municipales, vendredi, faute d’opposants.

À McMasterville, le conseiller sortant du district de la Rive, Martin Dulac, prendra officiellement la relève de Gilles Plante qui vient d’annoncer sa retraite. La mairie de McMasterville n’a pas fait l’objet d’une élection depuis 1997, seule année où le maire Plante avait fait face à l’opposition. Il y aura toutefois des élections pour les postes de conseiller des districts 1, 2 et 6.

Père de deux enfants et titulaire d’un diplôme en administration des services publics, Martin Dulac occupe un poste de conseiller au gouvernement du Québec dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail. «J’ai envie de servir ma municipalité. Je suis persuadé que mon dynamisme, mes compétences et mon expérience acquise en tant que conseiller municipal font de moi un candidat solide pour relever ce défi», dit M. Dulac.

Réélections

Élue en 2013 avec 46 % des voix à Saint-Jean-Baptiste, Marilyn Nadeau n’a pas eu d’opposition cette fois. Il y aura toutefois des élections dans les districts 1,3,5 et 6 pour les postes de conseiller.

Élus par acclamation en 2013, les maires de Saint-Charles et de Saint-Denis, Sébastien Raymond et Jacques Villemaire, avaient démissionné en cours de mandat. Marc Lavigne avait par la suite été élu à la tête de Saint-Charles-sur-Richelieu par acclamation en janvier 2016 alors que Ginette Thibault avait remporté la mairie à Saint-Denis-sur-Richelieu en mars 2015. Les deux élus regagnent leur siège sans opposition.

À Saint-Denis, les conseillers des districts 2,3, 4 et 6 devront obtenir la faveur des électeurs. Dans le district 2, pas moins de cinq candidats sont en lice. À Saint-Charles, les conseillers des sièges des districts 3 et 4 seront déterminés le 5 novembre.

Selon une analyse sur les élections de 2005 du ministère des Affaires municipales du Québec, publiée en 2007, les élus par acclamation se retrouvent majoritairement dans les municipalités de moins de 1000 habitants en raison d’un nombre restreint de candidats potentiels. Le taux d’élections par acclamation est plus élevé dans une ville de moins de 10 000 habitants située dans une région métropolitaine. Leur vocation, souvent entièrement résidentielle, et leur proximité avec une grande ville expliqueraient pourquoi ces villes-dortoirs connaissent des élections sans opposition.

image