17 juin 2016
Projet de tour cycliste entre les États-Unis et le Québec
Par: L'Oeil Régional
Sur la photo, on aperçoit (de gauche à droite) François Desrosiers, Brigitte Marcotte, Erica Zoia, Jean Rioux, Claire Charbonneau ainsi qu'Isabelle Charlebois.

Sur la photo, on aperçoit (de gauche à droite) François Desrosiers, Brigitte Marcotte, Erica Zoia, Jean Rioux, Claire Charbonneau ainsi qu'Isabelle Charlebois.

Un projet de tour cycliste longeant la route 133 entre Burlington, au Vermont, et Beloeil avec comme destination finale Venise-En-Québec devrait accueillir entre 8000 et 10 000 amateurs de vélos des deux côtés de la frontière le 17 septembre prochain 2017.

Le député du comté de Saint-Jean, Jean Rioux, Tourisme Saint-Jean-sur-Richelieu et Région ainsi que le Conseil économique du Haut-Richelieu (CEHR) ont récemment effectué la demande d’une subvention de 30 000$ au Fonds Canada 150 pour tenir l’événement qui soulignerait le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. La tenue de l’événement est conditionnelle à l’obtention de cette somme.

Le tour cycliste, baptisé «Le 150, tour cycliste Champlain-Richelieu», prendrait place dans l’axe de la route 133 entre Burlington et Beloeil avec comme point d’arrivée le parc Jameson de Venise-en-Québec.

Départs et trajets

Des départs seraient lancés entre 8 heures et 10h30 pour que tous les cyclistes se rassemblent à midi à Venise-en-Québec. Les gens partiraient de Beloeil et Burlington à 8 heures pour effectuer un trajet de 70 km, de Chambly et Grand Isle (Vermont), à 9 heures pour une randonnée de 55 km, de Saint-Jean-sur-Richelieu et de North Hero (Vermont) à 10 heures pour pédaler 30 km et, enfin, de Sainte-Anne-de-Sabrevois et Alburgh (Vermont) à 10h30 pour une balade de 20 km.

En partant du Sud, les participants emprunteraient le circuit cycliste des îles du lac Champlain pour traverser la frontière au poste de Saint-Armand, puis rouler sur une des trois voies de la route 133 réquisitionnée pour l’événement.

Du Nord, les gens enfourcheraient leur vélo à Beloeil pour se diriger sur la route 223 jusqu’à Chambly. De là, ils s’orienteraient vers la bande du canal Chambly jusqu’au Vieux-Saint-Jean avant de traverser le pont Gouin et d’aller eux aussi parader sur la route 133 vers Venise-en-Québec.

Double objectif

La tenue de l’événement revêt un double objectif, outre la célébration de la Confédération. Le premier est d’attirer des touristes dans le Haut-Richelieu, autant des MRC voisines que des États-Unis. Le second est de démontrer qu’une des trois voies de la route 133, entre les douanes de Saint-Armand et Saint-Jean-sur-Richelieu, peut servir de piste cyclable.

«C’est un projet que je chéris depuis longtemps, confesse M. Rioux. En finalisant l’autoroute 35, on peut faire d’une des voies de la route 133 une piste cyclable. Il s’agit d’une alternative économique très intéressante pour les villages qui ont perdu l’achalandage que procurait la 133 avant l’ouverture du nouveau tronçon de la 35. La tenue de l’activité démontrerait la viabilité d’une piste cyclable permanente sur la 133 qui permettrait de relier Burlington et Montréal.»

M. Rioux ajoute que les retombées économiques ne sont pas négligeables. Selon lui, il y a un bassin énorme de cyclistes à exploiter dans la région située entre Montréal et les États américains frontaliers.

«Le grand gagnant serait le Haut-Richelieu, tranche-t-il. Cela lui permettrait d’attirer de nombreux touristes dans la région.»

Participatif

La gestionnaire de Tourisme Saint-Jean-sur-Richelieu et Région, Isabelle Charlebois, veut que l’événement soit festif, mais aussi participatif. Elle invite donc les municipalités qui seront traversées par les cyclistes à s’impliquer, aux gens à sortir dans les rues et aux artisans locaux à border le parcours pour proposer leurs produits.

«Ce que nous voulons, c’est un circuit animé, indique-t-elle. Nous allons aussi tenter d’intégrer de l’interprétation historique de personnages et de sites tel le Fort Chambly.»

Logistique

Le dépôt du projet pour la subvention a été effectué le 31 mai. Le processus d’analyse de la demande devrait prendre entre 24 et 26 semaines, ce qui veut dire qu’une réponse devrait normalement arriver au début de 2017.

Le député de Saint-Jean pense que les chances d’obtenir la somme demandée sont «très bonnes» et promet de faire pression pour recevoir une réponse rapide.

Il faudra, si le projet se concrétise, déterminer avec exactitude le trajet imposé aux cyclistes ainsi que les lieux de départs et de ravitaillement, recruter au moins 500 bénévoles en plus de diminuer le temps d’arrêt à la frontière.

«Nous avons déjà une rencontre de prévue avec les douanes américaines, révèle la directrice générale du CEHR, Erica Zoia. L’idée est d’amorcer des démarches pour faciliter le passage à la frontière. Pour le tour cycliste, mais aussi pour tous les autres passages. Nous voulons explorer les possibilités pour raccourcir les délais, que ce soit par l’émission d’un passeport journalier ou une autre solution.»

 

image