4 juin 2015
Prendre le temps avec Lise Dion
Par: L'Oeil Régional
Lise Dion

Lise Dion

HUMOUR. Lise Dion entame le dernier droit pour son spectacle Le temps qui court, après quatre ans de tournée à travers le Québec. L’humoriste bouclera son troisième one-woman-show cet été avec la visite de quatre festivals, dont celui de Mont-Saint-Hilaire le 1er juillet.

Lise Dion présentera une version plein air de son spectacle solo, condensée en 60 minutes au lieu de deux heures. «Je donne des nouvelles des enfants et de Marcel. Je parle de la mort, mais d’une façon comique. J’ai réussi à trouver un angle drôle pour parler de ça. Je parle de la technologie, d’un voyage dans le sud», énumère la gagnante de l’Olivier du spectacle le plus populaire, en 2013.

Question de s’adapter à l’ambiance familiale des festivals, elle laisse certains numéros de côté comme celui sur le CHSLD et sur les façons dont elle émoustille son mari après 25 ans de mariage.

Même après 389 représentations, la femme de 59 ans admet que présenter son spectacle en festival la stresse un peu, ne sachant pas si le soleil et le public seront au rendez-vous. Sa dernière prestation en plein air remonte à  il y a quatre ans.

«C’est difficile de garder l’attention des gens (en plein air), dit-elle. Tu ne chantes pas, tu parles. […] Il faut donc ça bouge un petit peu plus. Je vais mettre un peu plus de musique.»

Peur de vieillir  

Dans son spectacle, Lise Dion envoie le message de profiter de la vie. «Le temps qui court, c’était pour inciter le monde à vivre le moment présent pour qu’on réalise chaque jour que ça passe vite et de prendre le temps de goûter chaque journée.»

Elle aborde aussi le vieillissement. Un sujet récurrent chez les gens qu’elle rencontre. «Avant d’écrire un spectacle, j’interroge beaucoup les gens. Je leur parle quand ils m’arrêtent dans la rue. […] J’ai remarqué que les gens avaient beaucoup peur de vieillir», raconte Lise Dion.

Une peur que l’humoriste partage. «Je déteste ça vieillir, affirme-t-elle. Pas pour la tête, mais pour le corps, pour l’allure. Se regarder dans le miroir et vieillir, ce n’est vraiment pas le fun, surtout à la télévision.»

Lise Dion trouve tout de même des bons côtés au vieillissement comme «s’assagir, ne pas s’énerver pour rien, prendre un dossier à la fois dans ta tête (et) ne pas tout voir comme une montagne», mentionne l’humoriste.

Quatrième spectacle solo

À l’automne, Lise Dion prendra la route de son chalet des Cantons-de-l’Est pour entreprendre l’écriture d’un quatrième spectacle solo. Elle prévoit lancer son prochain one-woman-show d’ici deux ans et faire une tournée sur trois ans, ce qui l’amènera à l’âge de 65 ans.

La fin de sa prochaine tournée sera l’occasion pour l’artiste de prendre un temps d’arrêt et de faire autre chose. «J’aimerais beaucoup écrire, faire de la mise en scène, mais peut-être ne pas monter une autre production, à moins que ça me manque beaucoup et que je fasse comme Yvon (Deschamps), et qu’à 70 ans ça me tente d’en monter un autre. Mais je vais prendre un bon temps d’arrêt à 65», exprime-t-elle.

Parmi ses autres projets, Lise Dion mijote aussi l’écriture d’un deuxième livre qui comportera de petites histoires humoristiques. «J’aimerais faire rire le lecteur à chaque page», affirme-t-elle. 

 

image