29 septembre 2015
Première expérience au ciné pour des jumelles de Saint-Jean-Baptiste
Par: Karine Guillet
Les jumelles Élise et Camille Poliquin se donnent la réplique dans Paul à Québec

Les jumelles Élise et Camille Poliquin se donnent la réplique dans Paul à Québec

CINÉMA. C’est ensemble que Camille et Élise Poliquin ont vécu leur première expérience à l’écran. Les jumelles de Saint-Jean-Baptiste se donnent la réplique dans le long métrage Paul à Québec, à l’affiche partout au Québec.

Les filles jouent le rôle des deux nièces de Paul, deux sœurs qui se chicanent constamment à l’écran, un trait de personnalité qui n’est pas si différent de ce que vivent les sœurs Poliquin dans la vraie vie, confirment-elles, un sourire complice.

C’est la mère des filles, Emmanuelle Arès, qui a d’abord envoyé la photo des jumelles au casting après avoir vu une annonce d’un ami sur les réseaux sociaux. Elle ne se doutait alors pas que ses filles seraient retenues pour le rôle. «Je me suis dit: pourquoi pas? Je ne pensais pas que ça donnerait quoi que ce soit. Je me suis dit au mieux, on va passer une audition et ce sera une expérience», explique la mère.

En tout, Camille et Élise ont pris part à vingt jours de tournage, en septembre et en octobre. Le tournage s’est principalement déroulé dans le quartier de Saint-Nicolas, à Lévis.

Sur le plateau, Camille et Élise ont été surprises par la quantité de personnes qui évoluent sur le plateau de tournage et le nombre de reprises nécessaires au tournage d’une scène.

Les jumelles disent avoir développé une belle chimie avec toute l’équipe de tournage, qu’elles comparent à une grande famille. La magie a particulièrement opéré avec les trois autres enfants de la famille de Paul. «Tous les enfants, ont était amis, on passait nos journées ensemble. Même après le tournage, à l’hôtel, nos chambres étaient presque collées, alors on passait nos soirées ensemble», se rappelle Élise.

Scènes favorites

Les jumelles ont particulièrement aimé tourner la scène des funérailles, même si la scène était très émouvante. Camille a aussi particulièrement aimé la scène de la fête de Saint-Jean-Baptiste, un long plan-séquence. «Si tu fais une erreur, il faut recommencer. Il faut combler les vides. Nous avons fait énormément de choses qui n’étaient pas prévues parce que sinon on nous voit dans la caméra, mais on ne fait rien et ça ne marche pas», raconte-t-elle.

Elles ont aussi eu du plaisir à tourner la scène de la fausse opération de leur grand-père (Gilbert Sicotte), la scène a été plus exigeante pour les jeunes actrices. «Nous avons tous fait une réaction allergique aux masques de chirurgien. Nous étions vraiment habillées chaudement. On faisait des pauses toutes les cinq minutes et les maquilleuses nous amenaient de la glace» explique Élise

Une belle expérience

L’expérience a donné aux sœurs la piqûre. Elles aimeraient participer à d’autres projets. Camille se dit contente d’avoir partagé la vedette avec sa sœur.  «J’ai préféré vivre ça avec elle. Sinon, ça aurait été des moments que je n’aurais pas pu partager avec personne. L’autre n’aurait pas pu comprendre c’est quoi.»

 

image