27 avril 2016
Pornographie juvénile: l’accusé en thérapie
Par: Denis Bélanger
Pornographie juvénile: l'accusé en thérapie

Pornographie juvénile: l'accusé en thérapie

Arrêté le 21 avril dernier pour des accusations en lien avec de la pornographie juvénile et des stupéfiants, Mathieu Gemme suivra une thérapie dans un centre de traitement de dépendances de la Montérégie. La suite de son enquête sur remise en liberté a eu lieu mercredi avant-midi au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

L’homme âgé de 30 ans, de Mont-Saint-Hilaire, devra résider 24h sur 24 au centre. Il devra se rendre au poste de police le plus près s’il est expulsé du centre ou s’il met fin prématurément à la thérapie. Il pourrait après un certain temps avoir des droits de sortie. «Une thérapie dure en théorie six mois. Il restera où après, on l’ignore, car nous ne sommes pas rendus là pour l’instant, explique la procureure de la Couronne, Claudie Gilbert. Il ne pourra rester ailleurs tant que le juge ne l’aura pas décidé.»

L’accusé a aussi d’autres conditions à respecter. Il ne peut notamment posséder un téléavertisseur ou un cellulaire, ni utiliser ou posséder un ordinateur. L’accès à internet lui est également prohibé. Il ne peut non plus consommer de l’alcool ou des drogues. Plusieurs endroits lui seront également interdits d’accès, dont les bars et les endroits publics où peuvent se trouver des jeunes âgés de moins de 16 ans. Mathieu Gemme ne peut pas non plus se retrouver en présence de mineures, à l’exception de sa fille.

Une somme de 1000$ sans dépôt a dû être également déposée. L’accusé doit revenir devant le juge le 11 juillet prochain pour la forme.

M. Gemme fait face notamment à 11 chefs d’accusation, dont possession, distribution et production de pornographie juvénile. Il est aussi accusé de possession, production et trafic de stupéfiants. Les différents faits reprochés à l’individu se seraient produits entre le 1er janvier 2015 et le 21 avril 2016. Il demeurait près d’une garderie, mais aucune «victime désignée» n’est impliquée selon la Couronne.

 

À lire aussi :

L’accussé toujours détenu

 

image